twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cryptomonnaies : Vers un tournant en Côte d’Ivoire ?

dimanche 10 juillet 2022

Le fait est loin d’être anecdotique. Le président de la République, Alassane Ouattara, a reçu en audience, le mardi 5 juillet 2022, le fondateur et PDG de Binance, Changpeng Zhao. Binance, pour ceux qui ne le savent pas, est un portefeuille de devises numériques et une plateforme d’échanges de cryptomonnaies mondiales qui permet d’acheter, de vendre et de stocker plus de 600 cryptomonnaies. Avec ses plus de 15 millions d’utilisateurs et 1,4 million de transactions par seconde, Binance fait partie des plus grandes plateformes d’échanges de cryptomonnaies au monde.

Jusque-là le pays a une position neutre sur la question des cryptomonnaies. Par ailleurs, les autorités ivoiriennes font preuve d’une grande discrétion sur le sujet. C’est dire que l’audience accordée au fondateur et PDG de Binance par le chef de l’Etat a toute son importance. D’autant plus qu’il ressort de cette audience que Changpeng Zhao a sollicité l’appui de l’Etat ivoirien pour l’intégration de la cryptomonnaie dans les échanges commerciaux en terre ivoirienne.

" Nous avons discuté essentiellement des questions économiques et financières, surtout l’accès à la cryptomonnaie qui aujourd’hui fait partie des activités économiques des différents pays du monde. Nous comptons sur l’appui et le soutien du gouvernement ivoirien et du président de la République pour nous permettre d’être présents dans les échanges commerciaux à venir ", a lâché à la presse l’interprète du PDG de Binance à la fin de l’audience.

On le voit, cette audience avec le chef de l’Etat pourrait être un tournant dans l’utilisation des cryptomonnaies en Côte d’Ivoire. Avec, entre autres, une possibilité de légiférer pour combler le vide juridique sur le sujet. Notamment autour de leur statut juridique.

Comprendre la cryptomonnaie

Les cryptomonnaies sont des devises numériques qui reposent sur la technologie de la blockchain pour assurer la sécurité, la transparence et la fiabilité des transactions. Elles n’ont pas d’existence physique comme des pièces ou des billets. Elles n’ont pas non plus de cours légal et ne sont pas régulées par une banque centrale, ni par une autorité financière quelconque. En effet, le cours d’une cryptomonnaie dépend essentiellement de la demande pour l’actif en question.

Les cryptomonnaies peuvent être stockées et échangées grâce à un portefeuille numérique. Ce portefeuille numérique est appelé wallet. Il est protégé par un code secret. Pour se procurer des cryptomonnaies, il est également possible de passer par des intermédiaires comme des plateformes d’échanges qui détiennent et protègent ces actifs. Pour assurer la transparence, la sécurité et la fiabilité des transactions, les cryptomonnaies s’appuient sur une technologie sous-jacente appelée blockchain.

C’est une base de données distribuée entre les nœuds d’un réseau informatique. En d’autres termes, c’est un système de stockage de l’information réparti sur des centaines voire milliers d’ordinateurs. Dans ce système, tous les contributeurs au réseau possèdent une copie de la base de données. Cette copie est mise à jour en simultané. On assiste à une prolifération des cryptomonnaies. En 2018, on en comptait 1639 dont Bitcoin, Ethereum, Ripple, EOS, Cardano, IOTA, NEO, TRON, Stellar et autres.

Au classement des pays qui possèdent le plus de cryptomonnaie en 2022, figurent en tête le Brésil et l’Indonésie qui sont au coude à coude. Le Nigeria occupe la 6e position, suivi de l’Afrique du Sud.

Le 3 juillet dernier, la Centrafrique a officiellement lancé le " projet Sango ", nom de sa propre cryptomonnaie, dans le sillage de l’adoption du Bitcoin comme monnaie officielle en avril 2022.

Yves Kalou

(Source : Le Patriote, 10 juillet 2022)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)