twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Création de télévisions privées : relancer le processus dans la transparence

jeudi 31 octobre 2002

Peu de temps après l’arrivée au pouvoir de Me Abdoulaye Wade, il avait été annoncé que désormais tous les promoteurs de télévision qui présenteraient un dossier fiable pourraient obtenir une fréquence. Cette position tranchait radicalement d’avec celle de l’ancien régime qui, pour entraver la libéralisation du paysage audiovisuel sénégalais, avait toujours voulu obliger l’ensemble des promoteurs à se regrouper dans un consortium de manière à n’autoriser qu’une seule et unique chaîne de télévision privée. En janvier 2001, le ministère de la Culture et de la Communication lança même un avis d’appel à candidatures pour l’obtention d’autorisations d’exploitation de chaînes de télévision privées mais la date de dépôt fut reporté et depuis le projet semble bel et bien enterré. Toujours est-il que les professionnels des médias, réunis par le Conseil pour le respect de l’éthique et de la déontologie (CRED) et la Fondation Friedrich Ebert lors d’un séminaire sur la libéralisation de l’audiovisuel organisé en octobre 2002 ont clairement marqué leur volonté de voir la fin du monopole de la RTS. Ils ont d’ailleurs été appuyés dans cette revendication par Aminata Cissé-Niang, Présidente du Haut Conseil de l’Audiovisuel (HCA), qui a déclaré à cette occasion que « la libéralisation de l’audiovisuel est fondamentale pour la démocratie ». Cette situation est en effet des plus anachroniques alors que la presse écrite bénéficie depuis longtemps d’une liberté sans entrave et que la radio a connu un développement extraordinaire depuis l’autorisation des radios privées en 1994. Il faut donc souhaiter que le processus visant à la création de chaînes de télévision privées au Sénégal soit relancé dans les meilleurs délais et que la sélection des projets s’opère sur la base d’un cahier des charges connu de tous et dans la transparence la plus totale. Il faudrait en effet éviter, comme cela est de plus en plus le cas, que les Sénégalais apprennent demain la création prochaine d’une chaîne de télévision privée suite à une audience accordée par une haute personnalité de l’Etat à un promoteur inconnu de tous et pratiquement descendu du ciel...

Amadou Top
Président d’OSIRIS

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)