twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Côte d’Ivoire : vers un réseau national de e-Santé pour anticiper l’avenir

mardi 9 juin 2020

En Côte d’Ivoire, l’Institut national de santé publique a désormais les moyens de bâtir un réseau national de formation à distance pérenne. L’engagement dont il a fait preuve dans la formation et la sensibilisation des agents de santé face à la maladie à coronavirus, a eu le mérite de susciter l’intérêt de ses partenaires dont l’Organisation mondiale de la santé.

Vendredi dernier, l’agence onusienne a remis au ministre ivoirien de la Santé et de l’Hygiène publique Eugène Aka Aouélé un important don en matériel audiovisuel d’une valeur de 300 millions de francs CFA. Ce sont des ordinateurs portables, fly box internet, tables de mixage, stabilisateurs, micros, caméras, etc. qui ont été réceptionnés en présence du directeur général de l’Institut national de l’hygiène publique et des chefs de service du ministère de la santé impliqués dans la formation. Ce matériel permettra à l’INSP de renforcer sa plateforme de e-learning mais surtout doter 85 districts sanitaires en matériel multi-média, les 28 autres districts étant déjà équipés.

Formation en ligne

Depuis l’avènement du coronavirus, la plateforme de formation en ligne de l’Institut national de santé publique est utilisée pour informer et former les prestataires et gestionnaires de santé sur l’ensemble du territoire. Objectif : casser la chaine de transmission du virus et assurer une meilleure prise en charge des malades.

Selon Dr. Alloukou Akadjé Richard, chef de l’unité e-learning de l’INSP, le « Centre e-Santé » a lancé des modules de formation en ligne sur le Covid-19 depuis mars dernier. « Les formations ayant débuté sans moyen, nous avons sollicité l’appui de l’Institut national de l’hygiène publique, l’Institut pasteur de Côte d’Ivoire, la Direction de la formation et de la recherche en santé, la Direction générale de la santé, et des services du ministère de tutelle pour mettre en place une cellule de coordination de formations en ligne », explique à CIO Mag le médecin spécialiste de santé publique, gouvernance territoriale et développement local.

Partant de cette collaboration, révèle Dr. Alloukou, des formations en ligne sur les procédures et directives de prise en charge des malades du coronavirus, la prévention et le contrôle des infections, la prise en charge psycho-sociale des parents des malades, ont été organisées via la plateforme de l’INSP. « En 26 jours ouvrables, dit-il, près de 10.000 agents de santé ont été touchés par cette formation dans les 113 districts sanitaires du pays, y compris les localités les plus reculées. »

Des résultats qui ne passeront pas inaperçus. Puisque l’OMS a décidé de soutenir l’INSP en apportant sa contribution.

Réseau national de télé-formation

Le matériel remis par Dr. Jean-Marie Vianney Yaméogo, représentant de l’OMS-Côte d’Ivoire, permettra de doter l’INSP d’une nouvelle plateforme multi-média. Ce qui fera de la Côte d’Ivoire, le premier pays de la sous-région à disposer d’un réseau national de télé-formation couvrant tous les districts sanitaires.

« Avoir d’autres plateformes nous permettra d’aller encore plus vite dans la formation des agents de santé en cas d’urgence, face à toutes sortes de pandémies, sur toute l’étendue du territoire », renchérit Dr. Alloukou.

Projet Echo

Pour saisir la portée réelle de cette plateforme de formation à distance qu’abrite l’INSP, il faut remonter à la période 2017-2019. Où le Centre e-Santé a déroulé le projet Echo (Extension for community healthcare outcomes) pour renforcer les capacités des agents de santé dans la prise en charge des personnes vivant avec le VIH-Sida, et diffuser les nouvelles directives sur tout le territoire national.

« Nous nous préparions à ouvrir la plateforme de formation aux autres pathologies quand le premier cas de contamination au coronavirus a été signalé. La première formation en ligne sur la Covid-19 a donc été lancée en mars. Les acquis du projet Echo ont donc servi à la formation sur le coronavirus », révèle le chef de l’unité e-learning de l’INSP.

L’Institut compte poursuivre ces initiatives en permettant à l’ensemble des programmes du ministère de la santé de former les agents sur les différentes directives de prise en charge des maladies comme le cancer, la tuberculose ou le diabète.

Selon Dr. Alloukou Akadjé Richard, le Centre e-Santé de l’INSP vise la formation à distance des agents de santé, la e-recherche, la e-sensibilisation, la e-promotion de la santé… Ce service a par ailleurs vocation à être un centre d’incubateur de start-up numérique dans le domaine de la santé.

Anselme Akéko

(Source : CIO Mag, 9 juin 2020)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 825 111 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,90%)
    • 2G : 23,96%
    • 3G : 43,14%
    • 4G : 32,90%
  • 177 363 abonnés ADSL/Fibre (1,21%)
  • 134 098 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 258 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 22 706

- Taux de pénétration des services Internet : 88,74%

(ARTP, 31 décembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 228 774 abonnés
- 186.695 résidentiels (81,61%)
- 42 079 professionnels (18,39%)
- Taux de pénétration : 1,36%

(ARTP, 31 décembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 078 948 abonnés
- Taux de pénétration : 114,21%

(ARTP, 31 décembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)