twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Côte d’Ivoire : les effets en chaine des transferts de fonds

vendredi 11 février 2022

Comment les transferts de fonds aident à répondre aux besoins accrus des familles en matière de moyens de subsistance pendant la pandémie de Covid-19.

En 2020, la valeur des transferts de fonds personnels vers la Côte d’Ivoire s’élevait à 323 756 447 $.

Les transferts de fonds vers la Côte d’Ivoire représentaient 0,528 % du PIB en 2020.

Lorsque la pandémie a fait son apparition dans le monde, l’activité économique s’est contractée1 et de nombreuses entreprises africaines ont eu du mal à rester rentables. En conséquence, la plupart des entreprises, en particulier les entreprises individuelles et les PME, ont cessé leurs activités.2 Les grandes entreprises ont licencié un grand nombre d’employés et, pour aggraver la situation, des directives gouvernementales ont interdit les voyages et incité les citoyens à travailler à domicile.

La vie n’est pas différente en Côte d’Ivoire, un pays d’Afrique de l’Ouest comptant 23 millions d’habitants.3 Les familles se sont retrouvées dans l’incapacité de faire face aux dépenses quotidiennes. Ceux qui ont des proches au sein de la diaspora ont toutefois pu trouver un peu de répit ayant pu recevoir de l’argent envoyé par des membres de leur famille vivant à l’étranger.

Des fonds envoyés de l’étranger pour assurer les conditions de vie

Malgré les mesures de confinement mises en place dans les pays d’accueil, de nombreux migrants ont fait preuve de résilience en continuant à envoyer de l’argent dans leur pays d’origine, déjouant ainsi toutes les prévisions d’une forte baisse des envois de fonds annoncées par la Banque mondiale4. En 2020, la valeur des transferts de fonds personnels vers la Côte d’Ivoire s’élevait à 323 756 447 $. Les transferts de fonds vers la Côte d’Ivoire représentaient 0,528 % du PIB du pays.

Dans la capitale ivoirienne Abidjan, les familles qui reçoivent de l’argent de l’étranger ont la possibilité de l’encaisser dans l’une des banques locales partenaires de WorldRemit (Caisse D’Epargne, Guaranty Trust Bank (GT Bank), ou bien de le recevoir sous forme de rechargement de temps d’antenne mobile (l’argent peut être reçu comme un dépôt via des services mobiles money) ou même d’argent mobile dans leur portefeuille digital (MTN Mobile Money, Moov, Orange, Quick Cash).

WorldRemit traite 74 % des transferts d’argent internationaux vers des comptes d’argent mobile – une technologie des marchés émergents où les numéros de téléphone agissent comme des comptes bancaires pour conserver les fonds.

Plutôt que de concurrencer l’offre bancaire existante, les services d’argent mobile comblent les lacunes laissées par les banques traditionnelles, ce qui contribue à résoudre les problèmes d’inclusion financière en Côte d’Ivoire et dans la région en général.5

Impact accru sur l’économie ivoirienne

En injectant des fonds substantiels dans le système financier formel, l’impact des transferts de fonds mondiaux a relativement augmenté en Côte d’Ivoire. L’activité de transfert de fonds en Côte d’Ivoire a augmenté au cours des deux dernières décennies, les données de Global Economy montrant que la valeur moyenne des transferts de fonds de 2005 à 2019 est de 135 millions USD. En 2019, 196,28 millions de dollars US ont été versés aux familles du pays6.

Selon le Fonds international de développement agricole (FIDA), en moyenne, une personne sur cinq en Afrique envoie ou reçoit des transferts de fonds internationaux.7 Depuis 2009, le flux des envois de fonds vers le continent a presque doublé ; ils représentent désormais plus de 5 % du PIB dans 15 pays africains. En 2019, les travailleurs migrants ont envoyé environ 85 milliards de dollars à leurs proches sur le continent8.

Le transfert d’argent, une passerelle vers l’autonomie financière

Les transferts de fonds aident les familles à prévenir la faim et la pauvreté9, leur permettant d’acheter des biens ménagers de base et d’accéder aux soins de santé à une période où il devient particulièrement difficile de se procurer de l’argent.

Étant en mesure d’effectuer des dépenses plus variées, les bénéficiaires des transferts d’argent dans ce pays, sont de mieux en mieux habilités à gérer ces fonds et faire des choix qui les mènent vers une meilleure éducation financière.

Une contribution d’Adenike Bancole, responsable de l’Afrique de l’Ouest à WorldRemit

(Source : CIO Mag, 11 février 2022)

Post-Scriptum

Sources :

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)