twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Côte d’Ivoire : le gouvernement et les acteurs télécoms s’accordent pour améliorer la qualité des services

vendredi 23 septembre 2022

Les ambitions de transformation numérique de la Côte d’Ivoire sont ralenties par la mauvaise qualité des services de télécommunications fournis dans le pays. Le régulateur continue de recevoir de nombreuses plaintes de consommateurs concernant la qualité des services fournis.

Le gouvernement et les parties prenantes du secteur des télécommunications de la Côte d’Ivoire se sont accordés pour améliorer la qualité des services fournis aux populations. C’était à l’occasion d’une séance de travail organisée par Amadou Coulibaly (photo, au centre), ministre de la Communication et de l’Économie numérique, le mercredi 21 septembre.

Lors de la réunion, les participants ont établi un diagnostic qui a permis d’identifier les causes de la mauvaise qualité des services télécoms dans le pays. Selon M. Coulibaly, «  il s’agit, entre autres, des causes endogènes qui sont de la responsabilité des opérateurs, et celles exogènes, qui s’imposent d’une certaine façon aux opérateurs  ». Cette dernière catégorie comprend les aléas climatiques, les chantiers de voirie, les opérations immobilières, ainsi que la crise énergétique que connaît le pays.

À la faveur des échanges, des approches de solutions ont été trouvées. Il s’agit notamment de la réactivation d’un groupe de travail mis en place en mai 2019, ainsi que le renforcement de l’action de l’Autorité de régulation des télécommunications/TIC de Côte d’Ivoire (ARTCI). «  Des instructions ont été données afin que d’ici la fin de l’année, l’ARTCI prennent des dispositions avec l’implication des différents opérateurs pour l’amélioration de la qualité de service  », a déclaré Namahoua Touré, directrice générale de l’ARTCI.

Rappelons que l’organisation de cette séance de travail fait suite aux nombreuses plaintes des abonnés relatives à la mauvaise qualité des services de téléphonie mobile. L’initiative s’inscrit dans le cadre des actions engagées par le gouvernement pour soutenir la transformation numérique, renforcer l’innovation technologique pour transformer les services et améliorer la compétitivité de l’économie nationale. L’exécutif prévoit de lancer la 5G en octobre prochain.

Isaac K. Kassouwi

(Source : Agence Ecofin, 23 septembre 2002)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 16 350 690 abonnés Internet

  • 16 349 008 abonnés 2G+3G+4G (97,25%)
    • 2G : 18,12%
    • 3G : 32,22%
    • 4G : 49,66%
  • 213 908 abonnés ADSL/Fibre (1,32%)
  • 234 052 clés et box Internet (1,43% )
  • 1682 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,670%

- Liaisons louées : 4 491

- Taux de pénétration des services Internet : 94,98%

(ARTP, 31 mars 2022)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 266 260 abonnés
- 225 387 résidentiels (84,65%)
- 40872 professionnels (15,35%)
- Taux de pénétration : 1,54%

(ARTP, 31 mars 2022)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 20 067 256 abonnés
- Taux de pénétration : 116,57%

(ARTP, 31 mars 2022)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik