twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Côte d’Ivoire : l’ARTCI et les acteurs télécoms locaux se concertent sur la neutralité du net

lundi 12 décembre 2022

Le marché africain du très haut débit évolue rapidement, influencé par les nouvelles tendances de consommation induites par la Covid-19. Alors que la Côte d’Ivoire s’apprête à accueillir la 5G, son régulateur télécoms veut s’assurer que le marché Internet est prêt pour les nouveaux usages.

L’Autorité de régulation des télécommunications/TIC de Côte d’Ivoire (ARTCI) a organisé jeudi 8 décembre une réflexion sur la thématique : « la neutralité du net à l’épreuve des évolutions technologiques ». Cette 5ème édition de la « Journée Prospective du Régulateur » a connu la participation de divers acteurs, notamment les opérateurs télécoms, les fournisseurs d’accès à Internet, les associations des professionnels des télécoms, Internet Society.

Elle a permis de dresser un état des lieux et un état de la règlementation ainsi que de la mise en œuvre de la neutralité du net ; d’identifier et analyser les défis et les enjeux liés à la mise en œuvre de la neutralité du net ; et de formuler des recommandations pour garantir cette neutralité du net tout en permettant la mise en œuvre des innovations technologiques.

Namahoua Bamba Touré, la directrice générale de l’ARTCI, a justifié la tenue de cette consultation au regard des évolutions des services et des usages dans le secteur du numérique, de la croissance du trafic ainsi que le développement de nouveaux services innovants, tels que les services 5G et ses niveaux de qualité de services différents en termes de fiabilité, de sécurité, de latence ou de bande passante.

Face à cette nouvelle réalité qui exigera des opérateurs télécoms davantage d’optimisation des réseaux, dans l’optique de garantir un certain niveau de qualité de service pour certains types de contenu, l’ARTCI qui redoute une mise à mal de l’égalité de traitement et d’acheminement de tous les flux d’information sur Internet considère qu’il est urgent de mieux l’adresser. La DG de l’ARTCI a d’ailleurs jugé la question de la neutralité du net comme l’une des plus importantes que les régulateurs télécoms aient eu à traiter au cours de ces dernières décennies.

Elle a souligné que c’est le devoir du régulateur télécoms « d’une part de veiller à la mise en œuvre de la réglementation en matière de neutralité du net, et d’autre part d’œuvrer à l’évolution de la réglementation tout en s’assurant que la neutralité du net ne constitue pas un frein à l’innovation ».

Namahoua Bamba Touré, la directrice générale de l’ARTCI, a justifié la tenue de cette consultation au regard des évolutions des services et des usages dans le secteur du numérique, de la croissance du trafic ainsi que le développement de nouveaux services innovants, tels que les services 5G et ses niveaux de qualité de services différents en termes de fiabilité, de sécurité, de latence ou de bande passante.

Face à cette nouvelle réalité qui exigera des opérateurs télécoms davantage d’optimisation des réseaux, dans l’optique de garantir un certain niveau de qualité de service pour certains types de contenu, l’ARTCI qui redoute une mise à mal de l’égalité de traitement et d’acheminement de tous les flux d’information sur Internet considère qu’il est urgent de mieux l’adresser. La DG de l’ARTCI a d’ailleurs jugé la question de la neutralité du net comme l’une des plus importantes que les régulateurs télécoms aient eu à traiter au cours de ces dernières décennies.

Elle a souligné que c’est le devoir du régulateur télécoms « d’une part de veiller à la mise en œuvre de la réglementation en matière de neutralité du net, et d’autre part d’œuvrer à l’évolution de la réglementation tout en s’assurant que la neutralité du net ne constitue pas un frein à l’innovation ».

(Source : ARTCI, 12 décembre 2022)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 16 649 296 abonnés Internet

  • 16 127 680 abonnés 2G+3G+4G (96,87%)
    • 2G : 16,79%
    • 3G : 29,09%
    • 4G : 54,12%
  • 229 722 abonnés ADSL/Fibre (1,39%)
  • 290 750 clés et box Internet (1,74%)
  • 1444 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,39%
  • Internet mobile : 98,61%

- Liaisons louées : 4 433

- Taux de pénétration des services Internet : 99,03%

(ARTP, 30 septembre 2022)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 279 856 abonnés
- 239 481 résidentiels (85,57%)
- 40 375 professionnels (14,43%)
- Taux de pénétration : 1,62%

(ARTP, 30 septembre 2022)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 20 607 679 abonnés
- Taux de pénétration : 119,79%

(ARTP, 30 septembre 2022)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik