twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cote d’Ivoire/Mobile money : Cette augmentation vise à financer entre autres le développement des TIC en zone rurale

lundi 25 février 2019

La mesure fait couler beaucoup d’encre et de salive notamment sur les réseaux sociaux. Annoncé depuis plus d’un mois, la mesure d’augmentation de 7,2 % des tarifs des transferts d’argent est entrée en vigueur depuis lundi 25 février 2019.

Comme c’est maintenant le cas chaque fois qu’un sujet d’intérêt commun fait l’objet d’une décision publique, les réseaux sociaux se sont emparés de la question et les commentaires sont globalement en faveur du désaccord des usagers.

Outre les messages envoyés aux clients par les opérateurs de téléphonie mobile, les discussions portent généralement sur le paiement in fine, par le consommateur, de la taxe initialement « exclusivement à la charge des entreprises de transfert d’argent par téléphone mobile et non de l’usager », selon un communiqué de la Direction générale des impôts (Dgi) publié le 11 février dernier.

Dans son communiqué, la Dgi a précisé que « l’article 12 de l’Annexe fiscale 2019 n’institue aucune charge nouvelle sur les transferts d’argent à la charge des consommateurs ».

Et que par conséquent, « la répercussion de ces taxes sur les consommateurs est illégale, constitue un détournement de la lettre et de l’esprit de la loi fiscale et est contraire à la politique fiscale de l’État qui est résolument tournée vers les actions sociales par un soutien accru aux ménages ».

Notons que dans un article publié en février 2018, l’Union nationale des entreprises de télécommunications (Unetel), organisation en charge, en Côte d’Ivoire, de la défense des intérêts des opérateurs du secteur des télécommunications, a annoncé « une hausse de 7,2% des tarifs des transferts d’argent par téléphone mobile, communément appelés Mobile money. Cela, à compter du 1er février 2019 ».

Dans cet article, le conseil par l’intermédiaire duquel la faîtière s’était prononcée a expliqué que la taxe est subdivisée comme suit : taxe pour développement des nouvelles technologies en zone rurale, au taux de 2% ; prélèvement au profit de la promotion de la culture, au taux de 0,2% ; taxe sur les entreprises de télécommunications et des technologies de l’information et de la communication, au taux de 5%.

Aboubakar Bamba

(Source : Fraternité matin, 25 février 2019)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)