twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cote d’Ivoire : La hausse de la taxe sur le transfert d’argent via mobile passe mal

jeudi 14 février 2019

En Côte d’Ivoire, les transferts d’argent via mobile vont bientôt coûter plus cher. Une mesure qui s’adresse à tous ceux qui utilisent les applications d’E-Banking, ou Mobile Money pour régler des petits achats, payer des factures ou encore envoyer de l’argent à un cousin. C’est l’Union nationale des entreprises de télécommunications qui a annoncé début février cette augmentation qu’elle compte répercuter sur les utilisateurs pour compenser une taxe que le gouvernement impose désormais aux opérateurs de transfert d’argent.

Depuis janvier plus de doute possible : les établissements de monnaie électronique, c’est-à-dire ceux qui proposent des transferts d’argent via mobile, doivent payer les mêmes taxes que les opérateurs téléphoniques.

« Malheureusement, les opérateurs n’ont pas appliqué la taxe en 2018 sur l’ensemble du chiffre d’affaires. Les entreprises de téléphonie ont pris sur elles d’extraire la fraction de mobile monnaie du chiffre d’affaires », justifie Abou Sié Ouattara, le directeur général des impôts de Côte d’Ivoire.

Du côté des opérateurs on se défend de vouloir échapper à l’impôt. Selon Gertrude Koné Kouassi, directeur exécutif de l’Unetel, les activités de Mobile Money ne relevaient simplement pas du régime fiscal des télécoms : « L’activité de Mobile Money a été lancée en Côte d’Ivoire avec le support technique des entreprises de téléphonie mobile. Mais en exécution de l’instruction de la BECEAO à cet effet, les opérateurs télécom ont créé des entreprises émettrices de monnaie électronique qu’on appelle EME. Ces EME placées sou le régime de microfinances sont passées sous un autre régime fiscal qui est propre au secteur financier. »

En réaction, les opérateurs ont annoncé une hausse prochaine de leurs tarifs sans préciser de combien ni quand elle entrerait en vigueur. Les associations de consommateurs montent au créneau et demandent au régulateur d’intervenir.

(Source : RFI, 14 février 2019)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)