twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Côte d’Ivoire : Comment Orange Money va fermer Wave

mardi 16 novembre 2021

En Côte d’Ivoire, Wave, le nouvel opérateur dans les services de Mobile Money, trouble le sommeil d’ Orange Money. La riposte s’organise.

Orange Money : Wave Côte d’Ivoire comme Free en France ? Orange Money, leader dans le transfert d’argent via la téléphonie mobile au Sénégal et en Côte d’Ivoire, fait face à une agressive concurrence. L’agrume bénéficiait jusqu’ici d’une grosse notoriété en Côte d’Ivoire avec Orange Money, une alternative au compte bancaire et à la manipulation de cash. À Abidjan et dans les autres villes ivoiriennes, les populations utilisent pour 48,3% d’entre elles le système Mobile Money de la firme française pour transférer de l’argent ou comme moyen de paiement. Forcément, le leader ne peut qu’être mis en difficulté lorsque Wave débarque avec ses grosses opérations de séduction.

Reconnaissons que le Pingouin ne lésine pas sur les moyens pour s’offrir des parts de marché en Côte d’Ivoire et au Sénégal. Par son offre de transfert de fonds, la fintech fondée par les deux Américains Drew Durbin et Lincoln Quirk a séduit les Ivoiriens habitués aux tarifs élevés d’ Orange Money dans les paiements ou transactions via Mobile Money. Ce n’est cependant pas la première fois qu’ Orange se fait autant bousculer dans son domaine par un concurrent.

En France, Free lui a déjà fait le coup avec son offre unique de 14,99€ qui donnaient droit à des appels et internet en illimité. Si les premières années ont été difficiles pour Orange, SFR et Bouygues, l’expérience et la maitrise du terrain a permis à Orange de reprendre et consolider sa position de leader dans la téléphonie mobile dans l’hexagone. Orange Money Côte d’Ivoire et Sénégal appliqueront la même recette pour reléguer Wave au second plan.

Quand l’ARTCI vote le « renforcement de la concurrence »

L’Autorité de Régulation des Télécommunications de Côte D’Ivoire (ARTCI) encourage cette concurrence. Elle s’est refusé de trancher en affirmant qu’elle « n’intervient pas dans des services financiers fournis par les entreprises émettrices de monnaie électronique, et encore moins dans la tarification desdits services ». L’ARTCI s’est même réjoui de la « dynamique concurrentielle sur ce marché qui concourt efficacement à l’inclusion financière » des populations « dans un contexte marqué par la lutte contre la cherté de la vie et le retour progressif à la normale suite à l’incertitude créée par la pandémie de la Covid-19 ».

Avec cette entrée fracassante de Wave sur le marché ivoirien et la volonté de laisser faire des autorités, la population qui apprécie la nouvelle ambiance, espère la poursuite des hostilités entre opérateurs. Cette concurrence allège déjà ses charges sur le service de transfert d’argent. De la Côte d’Ivoire au Sénégal, l’opérateur français de Mobile Money faisait la pluie et le beau temps. Orange qui peut revendiquer une certaine solidité ne peut désormais plus dormir sur ses lauriers.

Cette entreprise s’est longtemps frotté les mains sur le dos de citoyens trop prudents pour faire confiance à des entités inconnues lorsqu’elles doivent envoyer de l’argent ou retirer de l’argent qu’elles reçoivent. Avec Wave, la donne change forcément puisque le risque de perdre des parts de marché oblige Orange Money à réduire ses profits par des offres alléchantes. Même si pour certains Ivoiriens cette soudaine générosité d’Orange vient un peu tard, les nouvelles promotions lancées ces derniers jours par Orange Money lui permettent déjà de stopper la perte de clients.

Les péchés d’Orange qui profitent à Wave

S’attaquer à une entreprise aussi bien implantée dans un pays comme la Côte d’Ivoire, recommande d’avoir des reins solides. Wave a su trouver la bonne porte pour entrer en Côte d’Ivoire, notamment en jouant sur les erreurs de longue date du leader. Avec son compte sans frais de dépôt ou retrait, la fintech américaine connait un grand succès pour ses débuts en territoire ivoirien. La start-up a attiré plus de regards d’Ivoiriens avec son offre de transferts d’argent à seulement 1% et le paiement de factures sans frais.

Dès que Wave a pu donner des gages de simplicité dans l’utilisation de son application, qui par ailleurs sécurise les fonds de ses clients, plusieurs abonnés ont tourné dos à Orange Money. Si dans un premier temps l’entreprise française a tenté d’ignorer le nouveau venu, la menace a finalement été prise très au sérieux. La riposte se prépare et à un très haut niveau.

Orange va appliquer à Wave sa stratégie française contre Free

Wave veut surfer sur son succès pour lancer d’autres produits, mais aura visiblement du mal à « passer aux choses sérieuses » comme annoncées dans ses communications sur les réseaux sociaux. Comme au Sénégal, le leader des télécoms devrait "fermer Wave" comme on le dit en Côte d’Ivoire, en la bloquant sur la possibilité de distribuer du crédit téléphonique via son application mobile et par code USSD. La création d’une compagnie low cost par Orange pour stopper net cette jeune entreprise agressive est l’autre plan caché. Wave devrait donc subir la riposte prévue par Orange pour contrer une arrivée de Free sur ses platebandes africaines.

Les différents tenants des points de vente chez qui le client peut effectuer un transfert de compte à compte ont récemment montré leur mécontentement. Cette concurrence favorable au public réduit les bénéfices de leurs portefeuilles électroniques. Ces spécialistes du paiement mobile se retrouvent menacés par les faibles frais sur l’ouverture d’un compte ou sur chaque transfert de monnaie qu’engendrent les campagnes publicitaires des différentes entreprises.

Gary SLM

(Source : Afrique sur 7, 16 novembre 2021)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)