twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Coronavirus en Côte d’Ivoire : l’Etat contre les réseaux sociaux

lundi 16 mars 2020

C’est le bras de fer entre le gouvernement ivoirien et les applications de messagerie électronique. La bataille est engagée pour le contrôle de l’information sur la pandémie du nouveau coronavirus qui écrase toute l’actualité. D’un côté, le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique qui dénombre, ce jour, quatre cas confirmés de malades au Covid-19 et zéro décès en Côte d’Ivoire. « Les malades se portent bien », a déclaré ce dimanche sur la télévision nationale, le directeur général de l’Institut national de l’hygiène publique (INHP), Pr Bénié Bi Vroh Joseph (photo).

De l’autre, des animateurs de forums sur les réseaux sociaux. Ils attribuent au ministre ivoirien de la Santé Aka Aouélé, une note technique adressée au Premier ministre. Partagée massivement sur Whatsapp, celle-ci fait cas de mesures complémentaires telles que la fermeture des écoles et la suspension des vols aériens en provenance des pays affectés, pour freiner la propagation du coronavirus.

« Ces informations ne viennent pas du ministère, ce n’est pas le moment de céder à la panique », rétorque Pr Bénié Bi Vroh Joseph.

Tout comme cette prétendue note signée du ministre ivoirien de la Santé, bien d’autres rumeurs circulent sur les réseaux sociaux. Copiées-collées, transférées ou partagées, elles deviennent virales car elles sont supposées provenir d’une autorité médicale, d’un spécialiste de la santé ou d’un professionnel des médias. Pourtant, nombreux sont ces messages qui distillent de fausses informations.

L’un de ces fake news faisait croire que les hommes de race noire étaient immunisés contre le nouveau coronavirus. D’après un autre message, ce virus ne résistait pas à la chaleur et mourrait s’il était exposé à des températures supérieures à 26-27 degrés. Ces rumeurs ont fondu comme du beurre au soleil après la découverte des premiers malades au sud du Sahara.

Face à la menace, le risque pour les populations est d’ignorer les prescriptions du ministère de la Santé et se conformer à ces fake qui ne sont pas de nature à freiner la propagation du coronavirus.

Anselme Akéko

(Source : CIO Mag, 16 mars 2020)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)