twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Contrôle des trafics internationaux au Congo : L’Etat a engrangé 20 millions d’Euro en 16 mois

vendredi 12 novembre 2010

La gestion des appels internationaux entrant a permis au Congo Brazzaville de gagner 13 milliards de francs Cfa en 16 mois. Ce pays a 12 millions de minutes entrant par mois. Avec 60 millions de minutes entrant par mois, le Sénégal dort-il sur une mine d’or ?

Le directeur général de l’Agence de régulation des postes et des communications électroniques (Arpc), Yves Castanou a annoncé hier à Dakar que grâce à Globale Voice, le trésor congolais a engrangé plus de 13 milliards de francs Cfa en 16 mois avec le contrôle des trafics internationaux entrant.

« Il est important que nos Etats trouvent des ressources additionnelles que nous offrent les technologies de l’information et de la communication (Tic) pour financer leurs projets de développement au profit de nos populations. C’est une opportunité qu’aucun Etat ne doit négliger. En 16 mois, le contrôle des trafics internationaux entrant a permis au gouvernement congolais de gagner 20 millions d’Euro c’est-à-dire plus de 13 milliards de francs Cfa », a déclaré le directeur de l’Arpc au cours d’un point de presse en marge des travaux du 10ème Colloque international.

Ancien opérateur de téléphonie au Congo Brazzaville, M. Castanou a rappelé au cours de cette rencontre qu’il avait refusé le contrôle des trafics internationaux entrant dans son pays croyant que ses intérêts étaient menacés. Cependant, « j’ai compris, a-t-il dit, qu’il en était rien. L’opérateur ne gère que ses intérêts. Alors que le rôle du régulateur consiste à veiller sur les intérêts des consommateurs, des opérateurs et de l’Etat qui aura sans nul doute des richesses pour son développement ».

Il a rappelé que tout Etat qui veut céder au dicta de ses opérateurs de téléphonies qui ne sont que des filiales de multinationales basées en Europe, perd des milliards dans l’air.

Car, a-t-il souligné, à travers les appels internationaux entrant les opérateurs Congolais gagnent deux fois plus que ce qu’ils gagnaient. La population Congolaise s’élève à 4 millions d’habitants et 3,5 millions de personnes sont abonnées.

Il y a 12 millions de minutes entrant par mois. Et le volume du trafic entrant a augmenté de 8 % après l’installation du système de contrôle. Il s’y ajoute que l’Arpc a constaté qu’il y a une fraude de 2 millions de minutes entrant par mois avant le contrôle

« Je dois préciser tout simplement que la chose la plus difficile à changer chez l’être humain, c’est l’habitude. Les Congolais de l’extérieur qui ont l’habitude de téléphoner chez eux continuent à le faire. Ils permettent à leur pays d’engranger des ressources pour construire des écoles, des hôpitaux et d’autres infrastructures modernes. C’est lieu de rendre un hommage au président de la république du Congo qui a très tôt compris les enjeux » a-t-il indiqué.

Mieux, au moins de septembre 2010, le secteur des télécommunications a réalisé un chiffre d’affaire de 15 milliards francs Cfa au Congo. Il a souligné que le gouvernement Congolais est très satisfait de l’assistance technique de Globale Voice. Yves Castanou a réfuté les propos de la responsable de Gsma, Isabel Moreau qui a soutenu lors du Colloque que les trafics entrant du Congo ont baissé ses derniers mois. « Vraiment, je me rends compte que le ridicule ne tue pas. Sinon, comment peut-on donner certaines informations sur un pays sans sources fiables. Je réitère ici que les propos de Isabel Moreau sont erronés. Pourquoi, on veut refuser aux africains la gestion de leur trafic international entrant ? Il s’y ajoute que le contrôle n’exclut pas la confiance. Les histoires d’écoute téléphonique à travers le système de contrôle sont fausses », a-t-il martelé. Il a confié que le Sénégal qui a 60 millions de minutes entrant par mois dort sur une mine d’or.

Maké Dangnokho

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)