twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Contenus en ligne : l’expert Amadou Bamba Thiam peu convaincu après l’annonce de Facebook

lundi 20 mai 2019

Le spécialiste en cybersécurité Amadou Bamba Thiam a réagi à l’annonce, mercredi dernier, de Facebook de corser davantage les mesures autour de l’utilisation de sa fonction « Live ». Le Sénégalais se dit peu rassuré, ou tout au moins, juge la faisabilité « complexe », après que le réseau social s’est joint aux dirigeants d’Etat et de géants de la Tech lors de la réunion internationale qui s’est tenue à Paris, à l’initiative de la France d’Emmanuel Macron et de la Nouvelle Zélande visée par une double attaque le 15 mars 2019 avec 51 morts chez les musulmans.

« Il y a d’abord le problème de langues puisque la personne qui va diffuser ces messages à caractère terroriste peut parler une langue A.B.C.D, donc, il va falloir travailler dans ce sens », prévient l’expert, non sans attirer l’attention sur un second « challenge ». Pour lui, « beaucoup de pays sont en retard sur ce genre de législation sur les exactions qui sont commises sur Internet, et en dernier, l’absence d’experts dans beaucoup de ces pays qui peuvent travailler en parfaite collaboration avec les compagnies qui gèrent ces réseaux sociaux ».

Amadou Bamba Thiam intervenait sur la radio dakaroise IRADIO pour donner son point de vue sur la fonction « En direct » de Facebook mondialement pointé du doigt lors de la double attaque de Christchurch. La plateforme aux plus de 2 milliards 200 millions d’utilisateurs a été utilisée par l’assaillant, un ressortissant australien, pour filmer pendant 17 minutes non interrompues son fortfait, avant que le crime ne fasse l’objet d’un partage planétaire sur les réseaux sociaux. Et depuis, le débat a été de nouveau posé sur la nécessité de réguler davantage le Net.

Elimane

(Source : CIO Mag, 20 mai 2019)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)