twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Contentieux entre l’État du Sénégal et Sentel : le divorce inévitable

mercredi 4 août 2010

Depuis le 23 juillet 2003, le contentieux entre l’État du Sénégal et le deuxième bénéficiaire de licence de téléphonie du pays, Sentel, a pris une nouvelle allure. Mais, si le procès s’étire en longueur, tout indique que les deux parties vont vers un clash.

Cette dernière semaine, la direction de Sentel, une société de téléphonie filiale de Millicom cellular, a refusé de comparaître devant la commission ad-hoc du Sénat sénégalais. C’est la deuxième fois qu’elle le fait. Cette société, deuxième bénéficiaire d’une licence de téléphonie au Sénégal, a préféré envoyé vers les parlementaires son avocat, Me Boucounta Diallo. Cette robe noire déclarera qu’elle n’avait rien à dire, parce que le contentieux qui oppose son client à l’État du Sénégal est pendant devant le Tribunal arbitral du Centre international des réglements des différents liés à l’investissement (Cirdi), depuis que celui-ci s’est déclaré compétent pour le trancher le 23 juillet 2003.

Pour la commission ad-hoc du Sénat, Sentel fait du « dilatoire, mais le conflit risque de déboucher, tôt ou tard dans une rupture de contrat », selon un de ses membres. Car, rappelle-t-il, si le troisième opérateur de téléphonie au Sénégal, Sudatel, a déboursé 100 milliards de francs Cfa pour l’obtention de sa licence d’exploitation, Sentel n’a payé pour la sienne que 50 millions de nos francs. « Il n’y a pas photo », s’est amusé à commenter notre source libérale, qui soupçonne « un deal entre l’ancien régime socialiste et la direction de Millicom, à laquelle il avait attribué une licence d’expoitation en 1999 ». Pour nos interlocuteurs, Sentel ne fait que perdurer « un combat perdu d’avance ». C’est dire que le contentieux entre l’État du Sénégal et Sentel est très loin de son épilogue. Pour l’heure, la deuxième société de téléphonie du Sénégal fait de la résistance.

(Source : Xibar, 4 août 2010)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 534 038 abonnés Internet

  • 10 531 260 abonnés 2G+3G+4G (97,58%)
    • 2G : 29,14%
    • 3G : 54,77%
    • 4G : 16,08%
  • 101 090 clés et box Internet (0,96%)
  • 151 915 abonnés ADSL/Fibre (1,47%)
  • 1781 abonnés bas débit (0,02%)
  • 2778 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 570

- Taux de pénétration des services Internet : 66,98%

(ARTP, 30 septembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 225 643 abonnés
- 183 331lignes résidentielles (81,25%)
- 42 312 lignes professionnelles (18,75%)
- Taux de pénétration : 1,4352%

(ARTP, 30 septembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 398 285 abonnés
- Taux de pénétration : 110,63%

(ARTP, 30 septembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)