twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

« Congo mémoire », la plateforme numérique pour la conservation des données scientifiques en RDC

samedi 15 mai 2021

Promouvoir et conserver les données scientifiques, telle est la mission de la plateforme numérique « Congo mémoire ». Développée en 2018 par l’ingénieur congolais Salumu Wa Ngongo Patrick, cette plateforme intervient également dans l’accompagnement et l’orientation des étudiants dans la rédaction de leurs travaux de fin d’études.

« Congo mémoire », c’est le nom de la plateforme numérique développée pour mettre fin aux problèmes de conservation des données scientifiques en République démocratique du Congo. « L’idée m’est venue en 2018. Alors que je fus encore pré-finaliste dans mon institution, j’ai eu beaucoup de mal à retrouver les travaux de mes aînés qui ont soutenu avant moi. Dans des bibliothèques, ils ne conservent pas les travaux de fin d’études, même sur les sites de l’université », se rappelle l’ingénieur Salumu Wa Ngongo.

En effet, en République démocratique du Congo « le problème lié à la conservation des données scientifiques a conduit à la répétition des sujets de fin d’études et les plagiats », note l’ingénieur Patrick, licencié au département de mathématiques et informatique à l’Université de Lubumbashi (UNILU).

Avec sa politique axée sur la promotion des recherches scientifiques, « Congo mémoire » collectionne les articles scientifiques de tous les domaines, entre autres le Droit, la Médecine, les Sciences de l’Information et de la Communication ainsi que l’Economie. Il offre également « un service d’accompagnement dans la réalisation des travaux de fin d’études aux étudiants désireux », ajoute-il.

Après plus de deux ans d’existence, cette plateforme poursuit l’ambition de devenir « la première plateforme de référence en RDC où tout le monde peut se ressourcer avant de prendre une décision dans sa vie, et plus particulièrement les étudiants », conclut-il.

Enock Bulonza

(Source : CIO Mag, 15 mai 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)