twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Congo : la numérisation de l’administration publique démarre en 2022

jeudi 7 octobre 2021

En 2020, la pandémie de Covid-19 a démontré aux nations africaines faiblement numérisées la nécessité de l’e-gouvernement. Le Congo qui figure déjà parmi les pays avec un niveau moyen veut franchir un nouveau palier.

La République du Congo prévoit de lancer la numérisation de son administration publique en 2022. Pour garantir le succès de ce projet, Giacomo Durazzo (photo, à gauche), l’ambassadeur de l’Union européenne au Congo, et Léon Juste Ibombo (photo, à droite), le ministre congolais des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique, se sont entretenus le mercredi 6 octobre sur la manière d’assurer sa coordination efficace. L’Union européenne – à travers la Banque européenne d’investissement (BEI) qui a annoncé un investissement de 15 millions € – n’étant pas le seul partenaire financier impliqué.

Giacomo Durazzo a déclaré que le projet de numérisation de l’administration publique congolais va « contribuer à l’amélioration de la qualité de service digital dans le pays, en lien avec les priorités du gouvernement congolais. Il s’agira de : l’infrastructure, l’assistance technique et la gouvernance du secteur numérique ».

La numérisation des services publics est une composante essentielle de la stratégie nationale de développement de l’économie numérique du Congo à l’horizon 2025, « Congo Digital 2025 », officiellement lancée en août 2019. Son implémentation devient urgente au regard de son importance pour l’accès de tous à l’administration publique, surtout en temps de crise, comme l’a démontré la pandémie de Covid-19. Elle est la fondation de l’e-gouvernement.

Le Congo est 29e sur 54 nations africaines en matière de maturité numérique de ses services publics, selon l’indice de développement du e-gouvernement (EGDI) 2020 de l’Union international des télécommunications (UIT). La numérisation – qui repose sur trois piliers : « e-citoyen, e-gouvernement et e-business », d’après le ministre Léon Juste Ibombo – contribuera à l’efficacité de l’administration et améliorera la facilité des affaires.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 7 octobre 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)