twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Congo-Kinshasa : Levée de boucliers après l’instauration d’une taxe sur les téléphones mobiles

mardi 5 janvier 2021

Les autorités disent vouloir enrayer la contrefaçon via ce projet porté par le gouvernement. Problème : la taxe, bien que contestée, est prélevée sur la recharge des crédits de communications. Une organisation de la société civile compte saisir, ce mardi 5 janvier, le président Félix Tshisekedi et d’autres instances du pays pour exiger la suppression de cette taxe prélevée déjà depuis plusieurs mois.

Les autorités du ministère des Postes, télécommunications et nouvelles technologies de l’information et de la communication vantent, à travers la presse locale, le RAM, c’est à dire le registre des appareils mobiles, qui leur permettrait d’enrayer la contrefaçon en déconnectant les appareils identifiés comme non-conformes. Par ce service, les autorités estiment sécuriser les consommateurs, sauf que beaucoup d’entre eux sont irrités.

Joël Lamika est à la tête du mouvement national dit des « consommateurs lésés » : « C’est une décision antisociale. L’État congolais n’a pas intérêt à aller taxer l’usager final d’un téléphone pirate, il y a lieu d’aller taxer l’importateur des téléphones pirates. Ils nous ont suffisamment prouvés qu’ils ne maîtrisent pas la différence entre les SIM qui sont placées dans un modem et les SIM qui sont placées dans un téléphone. La taxe vaut à peu près 8 dollars US on va dire, et ça fait par trimestre 1,17 dollar par usager, c’est vraiment trop. Quand vous allez au Rwanda c’est un service qui est offert par l’État rwandais de manière gratuite. »

La saisine des autorités, est accompagnée d’un ultimatum. « Après 72 heures, si jamais les autorités ne font aucun feedback, nous serons contraints d’être dans la rue, partout dans le pays pour dire non jusqu’au point de saisir le conseil d’État. Nous ferons tout notre possible », prévient Joël Lamika.

Déjà coûteux, l’accès aux services des télécommunications deviendra de plus en plus cher et contribuera à renforcer le fossé numérique, alerte le mouvement. Les autorités estiment, elles, que les protestataires sont manipulés. Un haut responsable a tenu à rappeler que le RAM est une recommandation de l’Union internationale de télécommunication, dont la RDC est membre.

Pascal Mulegwa

(Source : RFI, 5 janvier 2021)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 323 60 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,85%)
    • 2G : 25,24%
    • 3G : 45,18%
    • 4G : 29,58%
  • 171 230 abonnés ADSL/Fibre (1,27%)
  • 133 954 clés et box Internet (0,94%)
  • 2 333 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,21%
  • Internet mobile : 98,73%

- Liaisons louées : 22 761

- Taux de pénétration des services Internet : 88,37%

(ARTP, 30 septembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 223 406 abonnés
- 182 809 résidentiels (81,83%)
- 40 597 professionnels (18,17%)
- Taux de pénétration : 1,37%

(ARTP, 30 septembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 18 630 276 abonnés
- Taux de pénétration : 114,94%

(ARTP, 30 septembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)