twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Congo-Kinshasa : Le gouvernement supprime la taxe RAM sur les téléphones mobiles

dimanche 20 février 2022

Le gouvernement cède enfin à la pression du parlement et de la société civile. Fini les prélèvements de la redevance sur les téléphones mobiles au titre du registre des appareils mobiles (RAM). La décision a été prise ce week-end et elle prendra effet dès le mois de mars.

Ce service était très critiqué depuis son lancement en 2020. Les utilisateurs se plaignaient notamment de son coût, entre 1 et 14 dollars voire plus. Les organisations de consommateurs appellent à rembourser les sommes indûment prélevées aux utilisateurs ces deux dernières années.

La suppression de cette redevance est une réponse au cri de détresse de la population selon les autorités. Mais pour Joël Lamika, du mouvement dit des consommateurs lésés, c’est la résultante d’une lutte citoyenne. Même après cette décision, des questions perdurent. " Nous ne savons pas exactement combien exactement a été récolté, où est-ce que cela est logé, à quoi est-ce que cela va servir. Nous avons besoin d’être remboursés et dédommagés. "

Fin septembre, le ministre des télécommunications assurait que seuls 25 millions USD ont été collectés grâce à cette redevance, c’est 10 fois moins que ce qu’avance l’ODEP, une ONG spécialisée dans les finances publiques. Valérie Madianga, son porte-parole.

" Nous sommes face à des gens qui ont planifié l’escroquerie à grande échelle, en percevant d’après nos enquêtes, plus de 260 millions de dollars en 2021 et ils ne figurent pas ni dans le budget général, ni dans les comptes spéciaux, moins encore dans le budget annexe. "

Le député André-Claudel Lubaya, se veut intransigeant. " Il faut des poursuites pour que des sommes qui ont été collectées pendant autant de temps, leur utilisation, leur affectation, soit clarifiée, soit tracée et qu’elles soient restituées aux victimes. Lever la mesure sans poursuites judiciaires ne résout aucun problème ".

Officiellement, les recettes du RAM étaient réparties en raison de 5 % pour les télécoms, 65% pour l’Etat et les 30 % restants à un opérateur privé dont les prestations restent troubles.

Pascal Mulegwa

(Source : RFI, 20 février 2022)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)