twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Communiqué de la 1ère réunion du Cadre de concertation institutions de régulation (CCIR)

lundi 23 septembre 2013

Le 17 septembre 2013, une réunion a regroupé les institutions de régulation suivantes :

- le Conseil national de Régulation de l’Audiovisuel (CNRA) ;

- l’Autorité de Régulation des Marchés publics (ARMP) ;

- l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP) ;

- la Commission électorale nationale autonome (CENA) ;

- la Commission de Régulation du Secteur de l’Electricité (CRSE) ;

- l’Agence nationale des Affaires maritimes (ANAM) ;

- l’Agence nationale de l’Aviation civile et de la Météorologie (ANACIM) ;

- l’Autorité nationale de l’Assurance Qualité de l’Enseignement supérieur (ANAQ-Sup).

A l’issue des travaux, ces institutions ont décidé de mettre en place un cadre de concertation en vue d’établir et de renforcer les relations de coopération, de collaboration et d’échanges entre elles.

Le cadre de concertation se fixe les objectifs suivants :

- sensibiliser les pouvoirs publics, les citoyens ainsi que les acteurs des secteurs régulés sur leur mission et leur statut juridique mais également sur les enjeux de la régulation comme nouveau mode de gouvernance ;

- faciliter, entre les institutions de régulation, le partage d’idées, d’opinions et d’expériences sur tous les aspects relatifs à la réglementation et aux bonnes pratiques en matière de régulation ;

- promouvoir une culture de la régulation comme mode d’intervention de l’Etat visant à offrir à aux citoyens une garantie renforcée d’impartialité des interventions de l’État ;

- permettre une participation effective des citoyens, notamment des professionnels, à la régulation d’un domaine d’activité et contribuer à assurer l’efficacité de l’intervention de l’État en termes de célérité, d’adaptation à l’évolution des besoins et des marchés ;

- élaborer et formuler des avis et recommandations aux pouvoirs publics dans tous les aspects qui touchent la régulation et la réglementation ;

- organiser des foras et autres manifestions sur la régulation ;

- promouvoir et développer la coopération avec les institutions de régulation des Etats africains, voire du reste du monde.

L’ARMP, en la personne de son Directeur général, Monsieur Saer NIANG, a été désignée à l’unanimité pour exercer la présidence du Comité de Pilotage du cadre de concertation. L’ARTP est chargée d’assurer le secrétariat de la Commission scientifique.

Il est retenu qu’en début de chaque année, le cadre de concertation établit un programme d’action comprenant au moins l’organisation d’un forum annuel de la régulation.

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)