twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Commission d’enquête parlementaire sur la licence de la Sentel : Le Sénat vise plutôt la gestion socialiste que Karim Wade

mercredi 17 février 2010

La commission d’enquête parlementaire initiée par le 3e vice-président de l’Assemblée nationale ne viserait pas Karim Wade comme certains veulent le faire croire. La réalité est que le pouvoir libéral cherche à atteindre Ousmane Tanor Dieng et ses amis socialistes qui ont vendu la licence en 1998.

La nouvelle commission d’enquête parlementaire du Sénat proposée par le 3e vice-président de cette chambre, Daouda Faye commence à faire du bruit dans les rangs des libéraux. Surtout du côté des adversaires du président du Sénat. Ces derniers, nous dit-on, cherchent à faire croire à l’opinion que Pape Diop, en donnant une suite favorable à la requête du sénateur Daouda Faye, ‘veut fouiller Karim Wade’. Une démarche que les détracteurs du président du Sénat veulent comparer à la fameuse convocation de Karim Wade alors président de l’Anoci et qui avait valu à Macky Sall tous ses déboires au Pds.

Mais cette fois-ci, force est de constater que les deux cas sont nettement différents. En effet, la commission d’enquête parlementaire portant la signature du 3e vice-président de la chambre haute du Parlement vise le Parti socialiste qui avait vendu en 1998, la licence de la deuxième société de téléphonie mobile à Millicom international pour un montant total de 100 000 dollars américains (50 millions de francs Cfa). Donc bien avant l’alternance et l’arrivée de Karim Wade aux affaires. Cela signifie que le pouvoir continue toujours à fouiner dans la gestion de Ousmane Tanor Dieng et compagnie.

Malheureusement, constatent les proches du président du Sénat, ‘des ennemis de Pape Diop sont en train de faire des mains et des pieds pour faire croire à l’opinion que le président du Sénat veut mouiller Karim Wade pour brouiller leurs relations pourtant au beau fixe malgré les insinuations et autres calomnies’. Notre interlocuteur d’ajouter que ces pourfendeurs de Pape Diop, ‘en plus de vouloir mettre en mal’ les deux responsables politiques, cherchent ‘à obtenir la dissolution du Sénat. Ou carrément la mise à mort politique de Pape Diop. Ce n’est pas pour rien qu’ils (les détracteurs, Ndlr) font une comparaison entre la convocation de Karim Wade à l’Assemblée nationale sous Macky Sall, et cette commission d’enquête parlementaire au moment où des gens mal intentionnés citent le nom de Karim Wade dans les conditions de cession de la licence de la Sentel’. Et nos interlocuteurs ne vont pas loin pour débusquer les ‘ennemis’ du président du Sénat. ‘Nous sommes au courant de tout ce qui se trame. Ceux qui véhiculent ces informations ne sont autres que les adversaires de Pape Diop . Il s’agit de Modibo Diop directeur de l’Aser, de l’ancien ministre Lamine Bâ et de l’ancien maire de Biscuiterie, Lamine Dia. Ces gens en veulent à Pape Diop, mais leurs plans sont voués à l’échec’, avertit un des proches de l’ancien maire de Dakar. Non sans rappeler qu’entre Pape Diop et Karim Wade, il n’y a aucun nuage.

Dans une lettre en date du 11 février dernier, le 3e vice-président du Sénat a adressé une correspondance à Pape Diop pour l’informer d’une proposition de commission d’enquête parlementaire du Sénat sur la cession de la licence de la Sentel. ‘Face à la polémique qui secoue notre pays depuis bientôt un an, sur le contrat qui lie l’Etat du Sénégal à la société Sentel, je propose la création d’une commission d’enquête parlementaire du Sénat pour faire la lumière sur les conditions d’attribution de la deuxième licence de téléphone’, peut-on lire dans la lettre du sénateur Daouda Faye. Le député Iba Der Thiam avait également émis le même souhait en septembre 2007.

A ce sujet, il convient même de rappeler que Parti socialiste avait déjà manifesté son accord pour la création d’une commission d’enquête parlementaire pour éclairer sur les conditions d’attribution, en 1998, de la licence de téléphonie mobile à Sentel. ‘Nous marquons notre accord pour la création d’une commission d’enquête parlementaire. Les socialistes s’expliqueront. Mais il faudrait élargir cette enquête aux conditions d’adjudication de la troisième licence parce que nous sommes perplexes’, avait déclaré le porte-parole du Ps, Me Aïssata Tall Sall, au cours d’une conférence de presse en réponse au député Iba Der Thiam qui exigeait une commission d’enquête parlementaire sur la licence de Sentel.

Georges Nesta Diop

(Source : Wal Fadjri, 17 février 2010)

Post-Scriptum

Reflet : Ridicule !

M. Karim Wade serait-il à ce point intouchable qu’aucun parlementaire n’oserait user de son droit voire même de son devoir constitutionnel pour chercher à en savoir plus sur ses nombreux actes de gestion ? La question n’est pas saugrenue au vu de toutes ces contorsions auxquelles se livrent Pape Diop et compagnie pour justifier une initiative parlementaire du sénateur Daouda Faye. Une initiative somme toute normale dans une République qui mérite bien son nom de baptême. Au lieu de l’appuyer, à défaut de l’endosser, pour rabattre le caquet à ceux qui pensent et persistent à penser que le Sénat est inutile, Pape Diop, par seconds couteaux interposés, cherche à administrer la preuve d’une absence de similitude entre cette proposition de Daouda Faye et celle visant, en son temps, à convoquer l’Anoci pour une séance d’explications devant l’Assemblée nationale présidée par Macky Sall. Ridicule tout cela ! Cela l’est davantage lorsque les mêmes, atteints d’une paranoïa chronique, se réfugient derrière la fameuse et fumeuse théorie du complot pour s’inventer des ennemis qui salivent à l’idée d’un requiem sur les relations entre Pape Diop et la Wade family.

Ibrahima Anne

(Source : Wal Fadjri, 17 février 2010)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)