twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Comment le Kenya est-il devenu un leader mondial du transfert d’argent par mobile ?

mercredi 18 juillet 2012

Et si tous les possesseurs d’un mobile, riches ou pauvres, avaient accès à des services financiers avec la possibilité d’épargner ou d’envoyer de l’argent de manière fiable sans tenir compte de l’endroit où ils sont ? Ce n’est pas de la Science-Fiction ! En fait le Kenya le vit déjà, et est ainsi devenu le leader du marché mondial du transfert d’argent par mobile.

Aujourd’hui le Kenya compte plus d’abonnés aux mobiles qu’il n’y a de citoyens adultes et bien plus de 80% de ceux qui possèdent un mobile utilisent aussi “mobile money” (ou “M-PESA” qui est un service différent du “mobile banking” comme le laissait entendre Michael Joseph, le PDG et l’homme derrière cette révolution – avec passion).

L’accès à internet s’accroit rapidement, même si plusieurs se plaignent du manque de services de certains opérateurs.

Durant les 2 prochaines années, le Kenya pourrait devenir l’un des pays les plus connectés, une économie moderne dans un monde en développement, et un cas unique parmi les pays les plus pauvres au monde où le revenu moyen annuel est en dessous de 1000 $ (500 000FCFA)par habitant.

La révolution des télécoms n’est pas un cas propre au Kenya mais le transfert d’argent par mobile l’est. Il y a approximativement pour ce mode de transfert, 60 millions d’utilisateurs à travers le monde ce qui signifie qu’un utilisateur sur trois est kenyan. La moitié des transactions du type transfert d’argent par mobile du monde a lieu au Kenya et le montant annuel de ces transactions avoisine les 10 milliards de dollars.

L’impact économique et l’émergence sociale ont été remarquables. Les affaires peuvent s’opérer de manière plus efficace :

- les propriétaires de commerces n’ont plus besoin de liquidité ou de faire la queue longtemps dans les banques pour transférer de l’argent à leurs fournisseurs ;
- Les habitants des zones urbaines n’ont plus besoin de faire de longs déplacements vers leurs villages pour payer les frais de scolarités de leurs enfants (ou donner de l’argent à leurs proches)
- Les femmes ont plus de liberté d’action parce que leurs époux ont plus de difficultés à prendre leur argent…

Même la politique du secteur macro-économique est devenue plus facile parce que la banque centrale a une meilleur gestion de l’argent en circulation, tant le transfert d’argent par mobile a contribué à déplacer les matelas de trésorerie provenant du marché.

Le succès du transfert d’argent par mobile au Kenya devrait être une source de fierté nationale, il donne du pays un profil global, qui n’est égalé que par les succès de ses athlètes de marathon.

Mais le leadership global du Kenya dans ce secteur est aussi déroutant. Même Hillary Clinton s’est demandé pourquoi cette “innovation brillante” n’est pas disponible aux USA. Comment se fait-il que le transfert d’argent par mobile ne soit pas déjà une réalité dans d’autres pays, et plus particulièrement dans ceux où les transferts d’argent en provenance de zones urbaines à destination de zones rurales étaient plus immenses encore que les standards kenyans ? S’il est si bénéfique aux clients et aux opérateurs, pourquoi n’ont-ils pas imités le succès kenyan, étant donné que cette imitation est beaucoup plus aisée que l’innovation ?

Il y a trois raisons principales qui expliquent l’explosion du mobile money au Kenya, alors qu’il faut batailler dans d’autres pays (même si l’Inde, les Philippines, le Nigeria, la Tanzanie et l’Ouganda ont commencé à rattraper le retard qu’ils accusaient).

Premièrement, les régulateurs kenyans ont permis cette explosion. La banque centrale en particulier a joué un rôle très progressif et donné son accord au projet pour que l’innovation continue, tout en assurant le marché de sa surveillance. Le régulateur a convenu que les agents du transfert d’argent par mobile n’avaient besoin que d’exigences limitées pour rentrer dans le marché puisqu’ils ne fournissaient pas de services bancaires tandis que l’opérateur s’est comporté comme s’il était réglementé et périodiquement fournissait des informations financières et d’utilisation comme le font les banques.

Ensuite, la stratégie de l’opérateur omniprésent – Safaricom – a aussi été importante. En 2007, la compagnie possédait déjà plus de 50% des parts de marché. Sa position importante et la présence nationale ont aidé à faire basculer la balance. Lorsque l’on imagine ce concept se dupliquer dans d’autres pays, une telle domination par un opérateur unique n’est pas une condition préalable favorable : des modèles alternatifs nombreux peuvent aussi aboutir à un tel succès, tels que “les tierses plateformes” à travers lesquelles les opérateurs se connectent.

Fait plus important encore, MPesa n’a pas été pensé pour faire des bénéfices dans l’immédiat. En effet, il a fallu environ 3 ans pour que M-Pesa génère un bénéfice net.

Toutefois, il a créé des avantages indirects, dès le début parce que dans le marché de plus en plus concurrentiel du Kenya, le transfert d’argent par mobile a stimulé la loyauté et attiré de nouveaux clients au cœur de ses affaires liés à la voix et aux SMS.

Enfin, la gestion de Safaricom avait compris que le succès de M-Pesa était basé sur la gestion des personnes pas celle de la technologie. Plusieurs innovations ont échoué parce que la gestion se focalisait surtout sur la conception et le lancement du produit, en se disant que la technologie grandirait seule par la suite. Il faut des gens pour que les machines fonctionnent et les interactions que vous obtenez après le lancement peuvent générer des produits encore meilleurs. Le véritable secret du succès de M-Pesa est la gestion du réseau d’agents, qui est ainsi passé de 300 initialement à près de 30 000 aujourd’hui.

Aucun doute ne persiste sur le fait que l’argent mobile va bientôt devenir mondial, surtout si les pays tirent les leçons du cas kenyan. Dans le monde entier, il y a plus de 2 milliards de possesseurs de téléphones mobiles mais ils ne possèdent pas tous des comptes en banque : pour ceux-là, l’argent mobile peut s’avérer être une proposition très attrayante.

Sadibou Sow

(Source : Afrique ITNews, 18 juillet 2012)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 263 263 263 264 264 264 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 19 266 179 abonnés Internet

  • 18 595 500 abonnés 2G+3G+4G (96,58%)
    • 2G : 12,95%
    • 3G : 24,60%
    • 4G : 62,45%
  • 334 642 abonnés ADSL/Fibre (1,71%)
  • 334 875 clés et box Internet (1,71%)
  • 1162 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,74%
  • Internet mobile : 98,26%

- Liaisons louées : 3971

- Taux de pénétration des services Internet : 106,84%

(ARTP, 30 septembre 2023)

- Débit moyen de connexion mobile : 23, 10 Mbps
- Débit moyen de connexion fixe : 21, 77 Mbps

(Ookla, 31 janvier 2023)


- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 56,70%
(Internet World Stats 31 décembre 2021)


- + de 10 000 noms de domaine actifs en .sn
(NIC Sénégal, décembre 2023)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 382 721 abonnés
- 336 817 résidentiels (88,01%)
- 45 904 professionnels (11,99%)
- Taux de pénétration : 1,67%

(ARTP, 30 septembre 2023)

Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 21 889 688 abonnés
- Taux de pénétration : 123,34%

(ARTP, 30 septembre 2023)

FACEBOOK

3 050 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 17,4%

- Facebook : 2 600 000

- Facebook Messenger : 675 200

- Instagram : 931 500

- LinkedIn : 930 000

- Twitter : 300 000

(Datareportal, Janvier 2023)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik