twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Colloque sur l’accès aux ressources scientifiques : Participation de l’Afrique à la « civilisation du futur »

mardi 31 janvier 2006

L’objectif à terme, selon Souleymane Niang, président de l’Académie des sciences et techniques du Sénégal, n’est rien de moins que de préparer « la civilisation du futur », dont l’essor suppose la participation effective de l’Afrique à son élaboration. Il juge qu’« une maîtrise totale des sciences et des technologies se révèle dès lors indispensable ».

Le Centre africain de recherche et d’application a été créé dans ce but, révèle Yaye Kéne Dia Gassama, ministre de la Recherche scientifique. Il rassemble différents laboratoires de mathématiques, de physique nucléaire, d’informatique, de biotechnologie... L’état de la recherche au Sénégal se révèle « positif », estime-t-elle donc. Elle affirme que « d’excellentes performances sur le plan du génie logiciel et du réseau informatique ont été réalisées au sein de ces laboratoires. Les résultats doivent désormais être transférés aux parcs scientifiques et technologiques, afin que cette plus-value profite aux domaines industriels, et suscite un développement économique et social ».

Des propos confirmés par Souleymane Niang, président de l’Académie des sciences et techniques du Sénégal. « La recherche se porte bien, le problème réside dans un manque de moyens. » A ce sujet, le ministre de la Recherche scientifique estime que « le fonds de solidarité numérique proposé par le gouvernement sur la scène internationale vient donc à son heure ».

Le problème de la fuite des cerveaux est un phénomène préoccupant. Et la solution à ce phénomène passe par la création d’un environnement favorable à l’application par les chercheurs de leur expertise au Sénégal et en Afrique.

Emmanuelle LOVAT

(Source : Le Quotidien, 31 janvier 2006)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)