twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Colloque international Africampus/Eutic : La réorganisation de la gouvernance universitaire par les Tics

mercredi 1er décembre 2010

La refonte de la gouvernance universitaire doit passer par l’usage des technologies de l’information et de la communication (Tic), selon les scientifiques et chercheurs de la branche Africampus et Eutic dont le colloque international conjointement tenu à Dakar a pris fin hier.

L’Agence universitaire de la francophonie a polarisé à Dakar, la semaine dernière, soixante seize communications portant sur des thématiques aussi variées que les programmes cadres de l’enseignement supérieur et les initiatives institutionnelles innovantes, les dynamiques d’appropriation, la gouvernance universitaire et le contexte socioculturel de l’institution universitaire, le partenariat université-université et le partenariat université-entreprise. Il s’agissait pour ces soixante-huit scientifiques et chercheurs du domaine des Tics d’échanger sur ‘les usages intelligents des Tics dans la réorganisation de la gouvernance universitaire’, à l’initiative d’Africampus et sur ‘le numérique au cœur des partenariats’ sous la coordination d’Eutic. L’objectif étant d’apporter des réponses adéquates aux stratégies d’organisation et de rationalités en œuvre dans les politiques, les initiatives et les actions dans différentes universités du monde. Saisissant hier l’occasion offerte par la cérémonie officielle de clôture conjointe de deux colloques internationaux tenus du 25 au 27 novembre derniers, le recteur de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), le Pr Saliou Ndiaye, fera remarquer que l’une des principales dynamiques de l’Ucad, en matière de gouvernance universitaire, concerne la réforme Licence, Master, Doctorat (Lmd) avec son indispensable accompagnement par les Tics. Parmi les institutions de l’Ucad qui expérimentent avec succès les Tics, l’on peut retenir l’Ebad, la Fastef, la Fst, l’Esp et la Faseg. Lesquelles sont, selon le recteur, appuyées de manière transversale par le Centre de Calcul et la Direction des services informatiques.

De l’avis du recteur de l’Ucad, le déploiement de technologies et la mondialisation des échanges ‘posent à l’université de nouveaux défis dans l’exploitation de nouveaux domaines de connaissances, dans l’adaptation des dispositifs d’enseignement et dans son fonctionnement’. Le Pr Saliou Ndiaye apprécie positivement les deux thèmes dégagés qui, selon lui, rencontrent les préoccupations du monde universitaire, à savoir comment créer un environnement numérique favorable aux activités d’enseignement et, plus particulièrement, aux apprentissages que doivent faire les étudiants. Plus, le Pr Ndiaye indique que ces colloques permettent d’établir la manière de conduire les étudiants et singulièrement les nouveaux, à l’appropriation de la culture technologique nécessaire à leurs études.

Pour faire face à la diversité et la complexité des réorganisations de l’heure comme le passage au système Lmd, la création de pôles de recherche et d’enseignement supérieur, de Campus numériques en régions et le déploiement d’environnements numériques de travail, etc, la gouvernance universitaire doit gérer plusieurs approches. Et d’après Noble Akam et Lise Vieira, respectivement responsables d’Africampus pour l’Afrique et Eutic pour le reste du monde, il s’agit, entre autres, d’apporter la réponse aux demandes de formation et de la recherche des moyens pour y faire face, d’assurer les conditions d’acquisition, d’organisation, de gestion et de transmission des savoirs. La gouvernance universitaire doit aussi prendre en compte la production des contenus scientifiques et pédagogiques, les relations entre acteurs de la vie universitaire, les conditions de l’insertion de l’université dans les environnements social, économique et culturel.

A. Sidy

(Source : Wal Fadjri, 1er décembre 2010)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)