twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Code des communications électroniques : le ministère évoque un problème d’interprétation

mercredi 28 novembre 2018

Très attendu sur le projet de loi portant nouveau code des communications électroniques du Sénégal, le ministre de la communication, des télécommunications, des postes et de l’économie numérique, a laissé entendre sur l’article 27 qu’il s’agit sûrement d’un problème d’interprétation. Abdoulaye Bibi Baldé qui fait face aux députés pour le vote du budget de son département, a d’emblée écarté toute volonté de restreindre l’accès aux applications populaires telles que WhatsApp, Viber ou encore Youtube.

« Il n’y a aucune menace sur les libertés d’expression encore moins sur une restriction dans les communications électroniques », assure-t-il dans le rapport de la commission des finances remis à la presse. C’est pourquoi, conclue-t-il, « il y a un problème d’interprétation qui fait que son département est ouvert à une meilleure rédaction et à une bonne compréhension de l’esprit et du sens de cet article », promet le successeur de Yaya Abdoul Kane à la tête de ce département, non sans mentionner que le ministère va préserver l’intégralité et la sûreté des réseaux et services mobiles et les données des usagers.

Sur le volet des dysfonctionnements sur les appels et SMS téléphoniques, Abdoulaye Bibi Baldé a reconnu l’existence de ces « défaillances » qu’il faudrait régler « définitivement ». C’est ainsi que l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) a été invitée à saisir les opérateurs pour des « analyses plus poussées ». Les dérives sur les réseaux sociaux ont été également largement dénoncées par les députés sénégalais qui demandent plus de rigueur et d’actions de la part de l’Etat pour contrer la vague.

Les prises de parole parlementaires se poursuivent. Le ministre de la communication, des télécommunications, des postes et de l’économie numérique souhaiterait avoir une hausse de plus de 12 milliards de francs CFA pour son budget 2019, soit un montant estimé à un peu plus de 28 milliards. L’Assemblée nationale va donner ou non sans accord. Et ça va être sûrement adopté dans un hémicyle presque totalement acquis au pouvoir. Il pourrait en être de même du projet de code des communications électroniques qui sera examiné juste après le budget du département pour l’exercice 2019.

Elimane

(Source : CIO Mag, 28 novembre 2018)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)