twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Code des Communications électroniques : "il n’y a aucune menace sur les libertés d’expression" (Abdoulaye Bibi Baldé)

mercredi 28 novembre 2018

Abdoulaye Bibi Baldé, ministre de la Communication, est revenu sur la polémique relative à l’article 27 du Code des Communications électroniques. Ce mercredi, à l’Assemblée nationale, il a annoncé que, dans ce texte, « il n’y a aucune menace sur les libertés d’expression encore moins sur une restriction dans les communications électroniques ». Pour lui, il y a un problème d’interprétations qui fait que son département est ouvert à une meilleure rédaction et à une bonne compréhension de l’esprit et du sens de cet article.

Parlant du Code de la Presse, M. Baldé a rappelé qu’il a été voté et promulgué. Selon lui, il reste actuellement des décrets d’application qui sont en cours de finalisation. « Ces textes sont introduits dans le circuit administratif d’approbation, notamment au niveau du Secrétaire général du Gouvernement. Un projet de loi en cours mettra en place la Haute Autorité de Régulation de la Communication Audiovisuelle (HARCA) qui remplacera le CNRA », dit-il. L’objectif recherché au yeux du ministre, est de renforcer les pouvoirs de cette autorité de régulation, notamment les sanctions.

À propos de l’aide à la presse, Abdoulaye Bibi Baldé a informé qu’ « un autre instrument juridique est attendu pour la remplacer. Il s’agira du fonds d’appui et de Développement de la Presse. Cependant, en soulignant la complexité à définir exactement la finalité de ces fonds, il a évoqué les préoccupations de l’Etat pour la rendre plus efficace ».

Le ministre a rappelé l’existence d’un décret dans les textes d’application, qui fixe les avantages et obligations des entreprises de presse et un autre sur le financement. Cela empêchera, dit-il, « à la RTS de concurrencer les entreprises privées sur le marché de la publicité ».

S’agissant des conditions de qualification pour être journaliste, il a précisé : « Qu’il faut avoir les diplômes requis, délivrés par les écoles publiques de journalisme au privées agréées. Le ministre contre mettre en place une commission chargée de la validation des acquis des expériences par la pratique leur permettant valablement de jouer leurs rôles de journalistes. Cette commission se chargera d’évaluer et de valider ces acquis d’expériences ».

(Source : Pressafrik, 28 novembre 2018)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)