twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cloture « innov72 » - Des jeunes se familiarisent aux plateformes mobiles

mercredi 4 janvier 2012

Organisée en partenariat avec Pace university et MobileSénégal, la formation à l’intention de la vingtaine de jeunes sur les Framework et Plateformes mobiles a été clôturée à l’Esmt.

Une vingtaine de jeunes ont pris à part à une session de formation de trois jours autour des Framework et Plateformes Mobiles organisé à l’Ecole supérieur sultinationale des télécommunications (Esmt).

La finalité de cet atelier était de familiariser ces derniers aux innovations technologiques. Mais aussi, les permettre d’en faire usage pour améliorer la qualité des interventions des acteurs sociaux, en prenant en charge leurs préoccupations.

Il s’agissait, principalement, de résoudre les problèmes soumis par les organisations non gouvernementales (Ong). Celles-ci, en plus d’avoir formulé les problèmes auxquelles elles font face, ont aussi effectué le déplacement pour exposer aux étudiants les solutions qu’elles attendent d’eux.

Ainsi, Handicap International a exprimé son souhait de disposer d’un système de collectes des personnes handicapées appuyées sur une base de données et un système d’alerte sur les violations des droits des personnes handicapées.

Pour sa part, AlphaDev veut un produit qui lui permet d’avoir à temps les rapports des facilitatrices, les exploiter et envoyer les superviseurs pour solutionner d’éventuels problèmes.

Mais aussi, d’un système de communication qui permet aux 1800 femmes membres de son réseau de le saisir directement. D’autres organisations et associations comme OneWorld, Relais Ntic 2000, World vision ou encore la Convention des jeunes reporters du Sénégal ont exposé leurs difficultés.

Toutes ces préoccupations ont été prises en charge par les séminaristes. Pour ce faire, ils se sont appuyés sur les logiciels tels que FrontlineSMS, Ushahi. Deux logiciels qui ont l’avantage d’être « open-source ». Ils ont aussi préconisé l’utilisation de PoiMapper. Celui-ci, en plus de faire la géolocalisation, peut collecter des données.

Mais, le seul inconvénient est qu’il n’est pas « open-source ». Il faut s’abonner pour pouvoir l’utilisé. Ces solutions ont satisfait les Ong qui estiment que ce qui est préconisé prend en charge leurs inquiétudes.

Venu présider la cérémonie de clôture, le directeur général de l’Esmt, Mouhamadou Arabani Saïbou, voudrait « que le travail fait, ici, puisse continuer avec les partenaires ».

En d’autres termes, « il faut que ce qui a été conçu dans les salles puisse être profitable aux acteurs sociaux ». Maintenant, il appartient aux Ong de voir dans quelle mesure elles vont nouer le partenariat avec les étudiants. Son voeu est que ces derniers « aient en esprit qu’ils sont capables d’être des entrepreneurs ». Selon M. Saïbou, il veut que l’Esmt soit une sorte de « pré-incubateur ».

Une perspective qui enchante Jean Marie Preira, organisateur de l’évènement. Pour lui, « il faut aller vers une sorte de partenariat entre les Ong et les étudiants ». Comme M. Saïbou, M. Preira croit que « ce serait du gâchis si ce qui est proposé aux organisations pourrissent dans les tiroirs ».

Seul hic, les innovations offertes aux acteurs ne présentent pas une étude financière du coût supplémentaire que cela pourrait entraîner au client. Un manquement qui n’a pas été demandé aux participants. Toutefois, ceux-ci se disent prêts à évaluer le coût.

Pour ce qui est des perspectives, M. Preira dit disposer à organiser des sessions de formations à l’intention des autres acteurs du développement social pour « les permettre d’accroître leurs performances ». Pour cette 1ère édition, les participants sont venus, pour l’essentiel de l’Esmt, de l’Institut Supérieur d’Informatique (Isi), de l’Université Cheikh Anta Diop et du milieu associatif.

François Mendy

(Source : Le Soleil, 4 janvier 2012)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 825 111 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,90%)
    • 2G : 23,96%
    • 3G : 43,14%
    • 4G : 32,90%
  • 177 363 abonnés ADSL/Fibre (1,21%)
  • 134 098 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 258 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 22 706

- Taux de pénétration des services Internet : 88,74%

(ARTP, 31 décembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 228 774 abonnés
- 186.695 résidentiels (81,61%)
- 42 079 professionnels (18,39%)
- Taux de pénétration : 1,36%

(ARTP, 31 décembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 078 948 abonnés
- Taux de pénétration : 114,21%

(ARTP, 31 décembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)