twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cipaco : Un centre pour mutualiser l’expertise locale

mercredi 22 septembre 2004

Alors que les NTIC ont une place de plus en plus grande dans tous les aspects de la société , les décisions internationales prises en ce domaine, ne reflètent pas souvent la diversité des situations et des points de vue. C’est fort de ce constat que et face aux disparités d’infrastrcuturers et d’usages des Ntic existant entre les pays du Nord et ceux du Sud que l’Institut Panos Afrique de l’Ouest décide de mettre en place le Centre sur les Politiques Internationales des Tic pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre (Cipaco). Ce centre, qui sera ouvert pour lutter contre la fracture numérique, permettra de renforcer les capacités des acteurs africains pour une meilleure participation à la prise de décision internationale en matière de Ntic. Le faible impact des africains sur les décisions internationales dans ce domaine s’explique par différents obtsacles, renseigne le document de présentation du Cipaco. Ceux-ci sont liés à la qualité des participants auix réunions internationales, l’absences des Africains à certaines réunions clés, la maitrise des sujets débattus, les rapports de force en présence (sur le plan géopolitique ou financier) la mise en place et la mise en en œuvre effectives de politiques Ntic, etc.

Le Cipaco va aider à analyser les questions clés du secteur dans le contexte africain, à favoriser l’expression internationale, des points de vue africains et à valoriser l’information au-delà des régions du projet et mutualiser les expertises. Et pour atteindre ces objectifs, le Cipaco va agir sur cinq domaines avec la création d’un système d’information et de communication électronique, la production d’études et d’analyses, la mise en place et l’animation de débats électroniques, la participation aux rencontres internationales clés du domaine et le réseautage avec les autres espaces d’expertise.

Mbagnick Ngom

(Source : Wal Fadjri, 22 septembre 2004)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)