twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Chute des cryptomonnaies : un espoir qui s’envole peut-être pour les défenseurs de cette solution africaine

vendredi 29 juin 2018

Cette actualité ne fait pas trop de bruit, mais l’énorme bulle qui s’était constituée autour des cryptomonnaies semble ne plus vouloir arrêter de se dégonfler. L’effondrement de la valeur en dollars US du Bitcoin et de l’Etherium se poursuit, après des pics de valeur records atteints en fin 2017.

Pourtant, plusieurs avis parmi les acteurs économiques de la région, avaient caressé le doux rêve de voir les cryptommonaies, et la technologie de sécurisation de la blockchain devenir des alternatives aux monnaies nationales, notamment le CFA, considéré sous certains cieux comme un héritage colonial et l’instrument d’un nouvel asservissement.

En effet, à mesure que les cryptommonaies ont gagné la confiance dans plusieurs pays du monde, elles ont atteint une valeur globale de 391 milliards $ (plus que la valeur du stock d’or conservé à la Réserve fédérale américaine). On a espéré qu’elle apporte plus de stabilité et d’inclusion financière que la monnaie classique, émise par des banques centrales.

Une approche qui n’est pas totalement dénuée de fondement. Qu’elles soient alignées (comme le naira du Nigéria, le shilling du Kenya, le kwacha du Malawi, la livre égyptienne etc.) ou rattachées comme le franc CFA utilisé en zones CEMAC et UEMOA, les monnaies africaines résistent peu à la volatilité qui caractérise l’économie mondiale.

Les pays où la monnaie a un taux de change variable n’ont pas été plus épargnées. Dans des économies comme celles du Nigéria, de l’Angola ou de l’Egypte, qui importent eux aussi l’essentiel de leurs services et biens de consommation, la dévaluation de leurs instruments d’échange a stabilisé le système financier, mais a eu des effets pervers sur le pouvoir d’achat des ménages.

Dans une Afrique qui a pris une certaine avance sur la digitalisation des moyens de paiement, grâce notamment au Mobile Money et au nano-crédit, il y avait un grand espoir, que les cryptommonaies en général, et le bitcoin en particulier, serait la voie d’entrée naturelle vers une nouvelle ère monétaire. De ce côté-là aussi, la difficile question de la volatilité devra être résolue.

Idriss Linge

(Source : Agence Ecofin, 29 juin 2018)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)