twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Chronique de Baay Jolof : L’internet parle wolof !

samedi 7 novembre 2009

Ceux qui doutent de la capacité de la langue véhiculaire nationale à prendre en charge la plus fine modernité peuvent revoir leur copie. Le wolof, comme le pulaar et de nombreuses autres langues africaines, affirme au fil du temps son éternelle vivacité. Les Chinois de Centenaire et même leurs compatriotes de Brescia en Italie devisent allègrement dans la langue de Kocc Barma depuis qu’ils ont compris qu’elle était la porte de nos poches et de nos portefeuilles. Ceux qui ont l’œil rivé sur nos bulletins de vote devraient méditer leur exemple. Nul n’ignore en effet, depuis les succès de Me Wade en politique, que la maîtrise des langues nationales est la clé qui ouvre les cœurs de l’électorat. Si vous doutez encore que le wolof soit une langue de notre temps, accédez à l’adresse http://wo.wikipedia.org/. Wikipédia est un vaste projet d’encyclopédie collective établie sur Internet. Sa vocation est d’offrir un contenu libre, neutre et vérifiable. Les pages de ce site peuvent être modifiées facilement et sans connaissances techniques préalables à l’aide d’un navigateur web. C’est sans doute cette grande liberté qui a inspiré des Sénégalais à inscrire le wolof parmi les langues de ce site. Le premier article de l’encyclopédie en wolof, portant sur le père de la bombe atomique Albert Einstein, a été publié le 27 juillet 2003. Le site comptait 4489 articles le 26 août 2009. Cela me rappelle que, dès les années ‘50, le savant sénégalais Cheikh Anta Diop avait traduit en wolof la théorie de la relativité de Einstein. Le village de Thieytou, où il repose, est donc en fête quand wo.wikipedia vient confirmer son hypothèse de la valable prétention de nos langues à exprimer l’universel. Cheikh Anta disait aussi que « le gouvernement dans une langue étrangère est impossible ». En dépit des preuves évidentes de la pertinence de son assertion, certains de nos politiciens ne comprennent toujours pas que « le gouvernement dans les langues nationales est possible » et... incontournable. Il ne leur reste alors qu’à se mettre à l’école des Chinois pour découvrir la richesse du parler de Serigne Moussa Ka.

Baay Jolof

(Source : Le Peuple, 7 novembre 2009)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)