twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Christophe Bigot : « Il y a un besoin de démocratiser l’accés à internet et aux smartphones »

jeudi 28 juin 2018

L’écosystème du numérique sénégalais offre un « gros potentiel » avec beaucoup de besoins qui peuvent être couverts sans qu’on passe par la phase physique.

C’est la conviction de l’ambassadeur de France au Sénégal, Christophe Bigot qui estime que pour élargir la palette, il faut bien une démocratisation de l’accès à Internet et aux Smartphones. Il s’exprimait hier, mercredi 27 juin, en marge d’une visite de deux structures de l’écosystème du numérique et des start-ups sénégalaises.

Après une visite de deux structures de l’écosystème du numérique et des start-ups sénégalaises, notamment l’Agence Yux Design et l’espace Impact Dakar, hier mercredi 27 juin, le représentant diplomatique de la France au Sénégal a livré ses impressions sur l’écosystème du numérique dans le pays. De l’avis de Christophe Bigot, « il y a un gros potentiel » au Sénégal.

Après s’être fait une idée de la cartographie du pays, suite aux visites qu’il effectue à certaines entreprises, des startups et quelques bailleurs dans le cadre de la continuité de "Teranga Tech", il en déduit que « les applications numériques ont un champ énorme ».

Pour le diplomate, il y a un réel accès à des applications plus complexes « qu’elles soient éducatives, ludiques, médicales, etc ». Mieux, il reste convaincu qu’il existe « beaucoup de besoins qui peuvent être couverts sans qu’on passe par la phase physique ».

A titre d’exemple, il cite les banques, les assurances, la médecine, l’éducation, etc. « On peut directement passer à la phase numérique », se réjouit-il.

Toutefois, ledit écosystème semble rencontrer des obstacles, si l’on se fie aux propos de l’ambassadeur Christophe Bigot. Ainsi donc, se pose la question de l’accès à Internet au Sénégal.

Pour lui, « il y a un besoin de démocratiser l’accès à Internet ». L’idée est, à son avis, d’arriver à des tarifs accessibles à un nombre d’individus beaucoup plus important. Le diplomate français a en outre admis qu’il y a beaucoup de téléphones portables au Sénégal.

Le hic, à son avis, c’est d’avoir des « Smartphones qui peuvent accéder à toutes les applications ». Ce qui n’est pas forcément le cas.

A noter que l’Agence Yux Design est une jeune entreprise spécialisée dans le design et conçoit des produits digitaux (applications, sites, jeux vidéo, graphismes) qui répondent aux souhaits des utilisateurs du continent. Quant à Impact Dakar, c’est un jeune espace de co-working, où les start-up peuvent louer des bureaux équipés.

Jean Michel Diatta

(Source : Sud Quotidien, 28 juin 2018)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)