twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Christine Saragosse, Directrice générale de TV5 Monde : « Nous sommes une vitrine de l’Afrique qui gagne »

jeudi 10 juillet 2008

Récemment nommée directrice générale de TV5 Monde, Christine Saragosse est à Dakar pour l’inauguration du portail Afrique du site Internet de la chaîne francophone. Dans cet entretien, elle décline son programme pour « séduire toujours plus de téléspectateurs » en Afrique et dans le monde, via l’antenne comme par internet. Elle se prononce également sur la place de TV5 dans la réforme en cours de l’audiovisuel français, concernant notamment le regroupement des médias du service public tournés vers l’extérieur dans un holding, la suppression de la publicité sur les chaînes publiques, la valorisation de l’Afrique qui gagne, etc.

C’est à Dakar que sera lancé, ce 10 juillet 2008, le portail Afrique du site internet de TV5. Y a-t-il une raison particulière par rapport à ce choix ?

Oui, absolument ! Dakar est le berceau de TV5 Afrique. C’est dans cette ville qu’après le Sommet de Chaillot, la chaîne a été lancée en 1994. A l’heure où j’entame mon mandat, il est important de revenir aux sources pour y puiser l’énergie que je veux insuffler non seulement à TV5 Afrique qui est la première chaîne panafricaine et doit continuer à séduire toujours plus de téléspectateurs, mais aussi à la présence de l’Afrique sur TV5, partout dans le monde.

TV5.org/Afrique se présente comme un site assez complet d’informations générales. N’est-il pas une simple duplication des contenus de la chaîne de télévision TV5 ?

Le site de TV5 (http://www.tv5.org/) n’est pas une simple déclinaison de l’antenne. Tout nouveau média engendre une nouvelle écriture, de nouveaux contenus. Le portail Afrique est complémentaire à notre antenne. Il en est le prolongement naturel tout en y apportant des compléments multimédia : de l’information à travers notre journal télévisé Afrique, mais aussi des dépêches mises à jour en temps réel, des dossiers culturels, de la VOD.

Comment les programmes de ce site internet sont-ils conçus ? Des professionnels africains sont-ils impliqués dans l’élaboration de ses contenus ?

TV5 Monde est une chaîne multiculturelle non seulement dans ses contenus, mais aussi dans ses équipes. Nous comptons 23 nationalités parmi les collaborateurs de la chaîne.

TV5 Afrique est dirigée par Denise Epoté qu’on ne présente plus. La grille Afrique et ses productions propres sont gérées par Gilbert Lam Kaboré.

Parmi nos journalistes, Lise-Laure Etia nous offre un regard jeune et moderne sur l’Afrique dans « Continent Noir », sans parler de l’appui précieux du CIRTEF dirigé par Guila Thiam pour nos programmes africains. Les reportages en consultation gratuite sont ceux de nos journalistes, de même que les visites multimédia des Cités du monde qui offrent une visite virtuelle de Ouagadougou, Dakar, Bamako... Plus concrètement, la sélection des contenus se fait au quotidien avec Denise Epoté et son équipe, en fonction des programmes dont nous pouvons libérer les droits pour Internet : des courts métrages, de la musique du monde, du sport...

Un public particulier est-il ciblé à travers ce nouveau site ?

Nous visons d’abord les téléspectateurs de la chaîne qui trouveront sur le site non seulement toute l’information sur les programmes, mais aussi des offres complémentaires. Nous visons les internautes qui ne sont pas forcément toujours téléspectateurs de la chaîne. Le public visé se situe en Afrique, mais tout autant dans le reste du monde afin que la diaspora africaine puisse, où qu’elle soit, accéder à ce portail Afrique.

Et puis, il n’y a pas que les Africains qui s’intéressent à l’Afrique. Internet est un média ouvert, interactif, qui offre une information disponible où je veux et quand je veux : il répond aux nouveaux usages des « conso-acteurs » que nous sommes devenus. Partout dans le monde, de plus en plus, de gens prennent conscience de l’importance de ce continent trop souvent laissé en marge. C’est pourquoi les projets de TV5 MONDE pour l’Afrique ne s’arrêtent pas à ce portail. Notre ambition est de lancer un web TV, « TV5 Afrique plus », accessible partout dans le monde et de nouvelles émissions pour l’Afrique.

La possibilité de consulter votre site n’est pas donnée à un très grand nombre d’Africains ne disposant pas d’accès à Internet ou n’ayant pas les moyens de se connecter pour une longue durée dans les cybercafés. Vous risquez de ne faire « l’affaire » que d’une certaine élite...

Les maisons TV5 qui se sont développées sur le continent (elles sont 18 à ce jour) seront progressivement équipées d’accès Internet en partenariat avec d’autres opérateurs de la Francophonie. Il sera ainsi possible, dans une maison TV5, de regarder la télévision et de surfer sur notre site, tout particulièrement pour les jeunes qui les fréquentent assidûment. De plus, les cybercafés s’équipent et se connectent peu à peu..., mais à l’heure où nous vous parlons, un nouvel écran révolutionne déjà internet : le téléphone mobile. Et l’on sait en Afrique combien ce mode de communication, pourtant cher, s’est implanté !

Mais, ce n’est pas parce que nous lançons un portail Internet que nous n’allons pas enrichir notre antenne broadcast. Au contraire, nous allons dédoubler le signal Afrique pour mieux couvrir les différents fuseaux horaires du continent et créer ainsi un signal pour l’Afrique anglophone.

Par ailleurs, nous travaillons à de nouveaux projets d’émissions traitant des enjeux du développement durable pour l’Afrique, mais aussi de conseils pratiques autour de la santé pour informer tout particulièrement les femmes d’Afrique. Internet est un plus, pas un substitut.

Vous aviez quitté TV5 il y a deux ans parce qu’en désaccord avec la stratégie qui y était de mise, vous estimiez qu’il fallait adapter la chaîne à l’ère numérique et aux nouvelles technologies. C’est ce que vous avez commencé à faire ?

TV5 Monde, depuis sa création, a toujours été à la pointe de l’innovation technique. Nous sommes les premiers à être montés sur un satellite numérique en 1992 pour diffuser en Amérique latine. Nous sommes passés à une régie de diffusion tout numérique dès 2000, nous avons utilisé l’IPTV dès 2002, la diffusion en téléphonie dès 2002 également. Il s’agit de renouer avec cette « tradition d’innovation » en offrant de nouveaux services (VOD, télévision de rattrapage, home TV) en étant présents dans de nouveaux lieux (ce qu’on appelle la télévision « out of home ») tout particulièrement autour des voyageurs qui sont un de nos publics privilégiés (aéroports, avions, ...).

Cette diversification des supports est une façon de toucher de nouveaux publics ou d’offrir des contenus à des publics spécifiques qu’une chaîne généraliste couvrant, avec un seul signal, plusieurs pays et plusieurs fuseaux horaires, touche imparfaitement. Je pense notamment aux enfants. Notre antenne doit continuer, tout particulièrement en Afrique dont 50 % de la population a moins de 25 ans, à leur réserver de larges tranches de programmation mais on peut, via internet, proposer une offre permanente ludo-éducative qui permette entre autre de bien garder le lien avec la langue française. Mais je pense aussi à l’offre faite aux enseignants et à ceux qui apprennent le français, très riche sur notre site et qui pourrait être développée en direction, par exemple, des instituteurs africains y compris au sein des Centres de lecture et d’animation culturelle (Clac) en partenariat avec l’Organisation Internationale de la Francophonie. C’est une piste que nous devons regarder de près. En résumé, nous travaillons actuellement à la mise en place de « TV5 Monde plus », nouvelle marque qui désigne l’ensemble des nouveaux développements complémentaires à notre diffusion broadcast traditionnelle. Cela regroupe la distribution de TV5, du plus grand au plus petit écran, la télévision de rattrapage, la vidéo à la demande pour le documentaire, la fiction et le film et évidemment le site internet dans ses versions fixes et mobiles.

Quelle est l’audience de TV5 dans le monde par rapport à la concurrence des autres télévisions internationales ?

TV5 Monde est accessible 24 H sur 24 et 7 jours sur 7 à un réseau mondial faisant partie du peloton des trois premiers et qui compte des milliers de chambres d’hôtel, sans oublier les 18 maisons TV5 en Afrique. Les nombreuses études réalisées par TV5 Monde permettent d’estimer à 74 millions le nombre de téléspectateurs qui regardent la chaîne au moins une fois par semaine, dont 21 millions pour l’Afrique francophone. C’est d’ailleurs la région où TV5 Monde recueille ses plus fortes audiences. A l’échelle mondiale, nous n’avons pas d’élément de comparaison avec les autres grandes chaînes internationales. Toutefois, nos études montrent que dans de très nombreux pays, les audiences dépassent celles de CNN International, BBC World et Al Jazeera notamment en Afrique francophone, mais aussi en Europe ou en Amérique Latine.

Quelle place aura TV5 Monde dans la réforme de l’audiovisuel extérieur français que le président Nicolas Sarkozy est en train de faire mettre en chantier ?

Si j’en crois Alain de Pouzilhac, le président du conseil d’administration de TV5 Monde, qui est aussi le PDG du holding de l’Audiovisuel extérieur français, TV5 Monde demeure le vaisseau amiral de cette action qui permet aujourd’hui une offre diversifiée et complémentaire : une chaîne d’information continue multilingue française (France 24)), une radio française (RFI) et une chaîne généraliste francophone qui est française mais aussi canadienne, québécoise, belge, suisse et africaine (TV5 Monde). Notre chaîne est partenaire du holding et non filiale, pour respecter son caractère multilatéral. Ceci se traduira par la mise en œuvre de synergies (études d’audience communes, distribution sans éviction des différents médias, correspondants marketing ou journalistes communs, par exemple), tout en veillant à cultiver l’identité de chaque média.

La dynamique de TV5 Monde ne va-t-elle pas souffrir du regroupement de l’audiovisuel extérieur dans un holding et de la suppression prochaine de la publicité sur les chaînes publiques ?

S’agissant de la suppression de la publicité sur les chaînes publiques françaises, elle ne vise pas TV5 Monde qui pourra continuer à commercialiser des écrans publicitaires. Mais il faudra revoir notre dispositif de commercialisation du signal de TV5 Monde diffusé en France, en Belgique et en Suisse, car jusqu’ici, ce signal était confié à la régie publicitaire de France Télévisions et commercialisé en couplage avec les chaînes du groupe public français. Je rappelle au passage qu’une très forte proportion des recettes publicitaires du signal TV5 Afrique est reversée au CIRTEF pour contribuer au financement des productions audiovisuelles africaines. S’agissant de l’existence du holding, je pense qu’elle peut-être une chance pour TV5 Monde grâce aux synergies qui se mettent en place et à la coordination de la distribution des chaînes afin d’éviter tout effet d’éviction.

L’audiovisuel extérieur français a été récemment invité à mieux couvrir « les bonnes nouvelles » en provenance du continent africain, à « encourager l’initiative des acteurs économiques tant africains que français ». Vous sentez-vous interpellée ?

Pas vraiment non, car s’il y a une chaîne qui depuis longtemps expose l’Afrique qui gagne, ses créateurs, ses entrepreneurs, c’est bien TV5 Monde. TV5 c’est la chaîne mondiale qui parle de l’Afrique à l’Afrique et au reste du monde. Quant à notre couverture de l’actualité africaine, bien sûr elle continue à manquer parfois d’images, mais de moins en moins. Notre journal Afrique est diffusé partout dans le monde et sur notre site où il est une des rubriques les plus fréquentées. Mais on doit pouvoir mieux faire, tout particulièrement en montrant sur nos autres signaux, et je pense au signal qui couvre l’Europe francophone notamment, la richesse et la créativité qui existent sur ce continent pour que chacun comprenne bien que l’Afrique ce n’est plus demain, mais maintenant.

Propos recueillis par Jean Pires et Amadou Fall

(Source : Le Soleil, 10 juillet 2008)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)