twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Centres de Recherche et d’Essai : 60 jeunes initiés à l’assemblage des ordinateurs

lundi 2 août 2004

60 jeunes ayant le niveau du Baccalauréat sont en train d’être initiés aux techniques qui leur permettent de pouvoir assembler les différentes pièces d’un ordinateur de type PC. Cela marque le lancement, à Dakar, des Centres de Recherche et d’Essai (CRE).

En décidant d’initier les Centres de Recherche et d’Essai (CRE), le ministère de la Recherche scientifique met en œuvre l’un des objectifs de son département, qui doit aussi s’atteler à la vulgarisation des Sciences.

L’inauguration, vendredi dernier, au Centre Social de la mairie du Point E, du premier Centre de Recherche et d’Essai, entre dans ce cadre. C’était en présence, notamment, du maire de Dakar, M. Pape Diop, du ministre de la Recherche scientifique, M. Christian Sina Diatta et de Mme Ndèye Maguette Guèye, maire du Point E.

Une soixantaine de jeunes, garçons et filles, ayant le niveau du Baccalauréat, ont bénéficié de la mise en œuvre de ce premier Centre de Recherche et d’Essais. Les CRE sont définis par le directeur de la Technologie, au ministère de la Recherche scientifique, M. Didier Diop, comme : « des structures modulables de recherche ».

Autrement dit, les thèmes, qui y seront étudiés, concerneront divers modules de vulgarisation scientifique. Pour le lancement de l’initiative, il s’agissait, pour les autorités du ministère, d’initier les jeunes à l’assemblage des ordinateurs. En deux semaines, d’un stage mettant beaucoup plus l’accent sur la pratique que sur la théorie (« savoir pour agir » est le slogan des CRE), les jeunes, « dont certains ne connaissaient rien de l’ordinateur », quelques jours auparavant, ont acquis un ensemble de connaissances qui leur permettent de pouvoir assembler les différentes pièces d’un ordinateur de type PC.

En effet, après quelques heures d’explications théoriques sur la structure des ordinateurs, les instructeurs du stage sont rapidement passés à la pratique qui consistait, pour les élèves, à monter et démonter plusieurs fois les appareils, avant d’en faire un assemblage final prêt pour les tests.

On ne produit pas, de toute évidence, des spécialistes de l’assemblage en une ou deux semaines, reconnaît-on au ministère de la Recherche scientifique mais : « il s’agit, ici, de démontrer qu’il est parfaitement possible d’intéresser les jeunes à des activités ».

Selon le directeur de la Technologie, les résultats de cette première expérience ont été au-delà des espérances. De quoi susciter peut-être des vocations, en poussant certains stagiaires à approfondir leur expérience.

« Si l’opération est intéressante, du point de vue scientifique, technologique et économique, nous a confié le Pr Christian Sina Diatta, au sortir du cocktail qui a suivi les discours et la démonstration dans la salle d’assemblage, les financements ne manqueront pas ». Cette première expérience a été prise en charge par le ministère de la Recherche scientifique (kits de pièces détachées, frais de formation, périphériques, etc.) pour un coût global de 50 millions de F.CFA, la commune ayant apporté sa contribution à travers les locaux mis à la disposition du CRE. D’autres Centres de Recherche et d’Essai seront ouverts dans le domaine des NTIC et avec le partenariat des communes. Mais les CRE ne se limiteront pas seulement aux Nouvelles technologies, qui ne sont pas, après tout, toute la Science.

« D’autres modules de vulgarisation scientifique dans d’autres domaines, promet M. Christian Sina Diatta, seront ouverts ». En fait, les CRE sont appelés à être installés dans toutes les régions du Sénégal, pour proposer aux jeunes des séminaires pratiques de dissémination de connaissances. Le dépliant du CRE explique ainsi que le champ d’activités de ces structures concernera, non seulement les Nouvelles technologies, mais aussi l’agriculture, l’élevage, les transports, la pêche, la mécanique et même l’entreprise, et plus particulièrement, les Petites et Moyennes Entreprises. Leur vocation est de « servir d’interface entre les laboratoires ou groupes de recherche et la société », avec comme mission « l’innovation et la recherche des moyens d’application des résultats de la recherche, pour un développement endogène du pays ».

Mais le ministre de la Recherche scientifique ne veut pas, pour le moment, trop entrer dans le détail de ses projets, peut-être parce que le scientifique qu’il est sait bien qu’en sciences « on montre des résultats ». Cependant, nous a-t-il confié : « une fois que les résultats seront accumulés, le chef de l’Etat viendra constater lui-même comment nous avons traduit en termes concrets ses idéaux et vision ».

ALAIN JUST COLY
aljust@aljust.net

(Source : Le Soleil 1 aout 2004)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 323 60 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,85%)
    • 2G : 25,24%
    • 3G : 45,18%
    • 4G : 29,58%
  • 171 230 abonnés ADSL/Fibre (1,27%)
  • 133 954 clés et box Internet (0,94%)
  • 2 333 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,21%
  • Internet mobile : 98,73%

- Liaisons louées : 22 761

- Taux de pénétration des services Internet : 88,37%

(ARTP, 30 septembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 223 406 abonnés
- 182 809 résidentiels (81,83%)
- 40 597 professionnels (18,17%)
- Taux de pénétration : 1,37%

(ARTP, 30 septembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 18 630 276 abonnés
- Taux de pénétration : 114,94%

(ARTP, 30 septembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)