twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Centres d’appels : 5000 emplois menacés au Maroc

vendredi 20 juillet 2012

Le ministre français Arnaud Montebourg souhaite rapatrier les centres d’appels délocalisés, principalement en Afrique. Au Maroc, 5000 emplois seraient menacés rappelle le quotidien économique marocain L’Économiste.

En cette époque de discours autour du co-développement, le symbole est lourd. Le rapatriement[LINK=/component/content/article/306-telecoms-et-ntic/7114-maroc-intelcia-veut-jouer-les-premiers-roles-en-france.html] d’une partie des centres d’appels [/LINK](hotlines) des opérateurs télécoms français délocalisés au Maroc, en Tunisie et au Sénégal demandé par Arnaud Montebourg, ministre français du Redressement productif, menacerait directement 5000 emplois au Maroc, selon Youssef Chraïbi, président de l’Association marocaine des relations clients (AMRC) interrogé par L’Économiste. Selon le quotidien économique marocain, qui consacrait sa Une du 19 juillet au sujet, « le secteur des centres d’appels dépend à plus de 80% du marché français et la part des opérateurs télécoms y est substantielle (à hauteur de 30%) ».

Tunisie et Sénégal aussi

Au Maroc et en Tunisie, les centres d’appels emploient respectivement 40 000 et 15 000 personnes. Le Sénégal a également développé une activité de centres d’appels délocalisés, dont les principaux clients sont français. La France compte 65000 télé-conseillers sur son territoire. Arnaud Montebourg souhaite créer 15 000 emplois supplémentaires dans les centres d’appels français en suivant deux pistes : la création de hotlines payantes pour un service plus rapide et à valeur ajoutée et la création de services-clients accessibles à distance par les sourds et mal-entendants. Toutefois, le rapatriement en France des services délocalisés au Maghreb et au Sénégal est une question loin d’être tranchée. Pour une raison de coût, deux fois plus élevé en France qu’au Maghreb. De diplomatie également. Mais aussi, rappelait Stéphane Richard (patron de France Télécom Orange) dans une interview au site [I]latribune.fr[/I], parce qu’il « est difficile de trouver des salariés en France prêts à travailler le soir, la nuit ou le week-end ».

(Source : Jeune Afrique, 20 juillet 2012)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)