twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Centres d’appel téléphoniques et "prostitution déguisée" au Sénégal : de la chair fraiche en ligne ?

vendredi 13 septembre 2013

Les centres d’appel réputés être de bons payeurs sont aussi des centres de promotion de la prostitution. Ces centres qui recrutent de jolies jeunes filles, ont pour mission de les corrompre et les transformer en « Phone prostitute girl ».

Les centres d’appel téléphoniques, qui de nos jours gagnent du terrain dans la capitale Sénégalaise, sont un moyen de tirer un trait sur le chômage pour bon nombre d’étudiants. Cependant, il y’a des non dits, car dans les annonces, ils font appellent à des téléopératrices, mais il n’en est pas tout a fait ainsi. Ces centres proposent aux recrues la voyance ou le plaisir sexuel via internet, informent nos confrères de « Direct Info ». Les postulants ignorent souvent la nature des propositions qui leur sont faites dans les annonces du fait du caractère clandestin de certains de ces centres. « J’ai appris par le biais d’une amie qu’on payait bien dans les centres d’appel. Puisque je n’étais pas assez bien payée à mon ancien boulot, j’ai tenté ma chance dans les centres d’appel. Grande fut ma surprise quand j’ai su que le poste à pourvoir appelé « Lova » consistait à donner du plaisir à d’éventuels clients via le téléphone. J’étais abasourdie. Sans gêne la dame s’est mise à expliquer comment les choses se passaient tout en m’assurant que cela payait bien. Elle a insisté sur le fait qu’on peut gagner jusqu’à 300, ou 400 mille CFA grâce aux commissions », explique Seynabou Ndiaye, une jeune caissière de 28 ans.

Cette dernière qui n’a jamais accepté le travail explique que le but est de tenir le plus longtemps possible son interlocuteur au téléphone tout en lui tenant une conversation coquine. Selon des témoignages, ces agences travaillent pour faire gagner le maximum d’argent aux opérateurs téléphoniques qui leur versent une commission en retour car les appels sont surfacturés. « C’est un travail difficile parce que la fille doit prospecter afin d’avoir de la clientèle. Ceci devient compliqué maintenant parce que les gens commencent à se rendre compte que c’est une forme d’arnaque. Ils savent depuis peu que leurs appels sont surfacturés » renseigne Marième Fall.

Lamba Ka

(Source : Pressafrik, 13 septembre 2013)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)