twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Censure d’internet et recul démocratique au Bénin

dimanche 28 avril 2019

Internet Sans Frontières condamne avec la plus grande fermeté le blocage des réseaux sociaux intervenu au Benin à la veille des élections législatives de ce dimanche 28 avril 2019.

De nombreuses sources d’Internet Sans Frontières au Bénin ainsi que des mesures techniques effectuées par l’organisation Netblocks confirment que les réseaux sociaux ainsi que les principales applications de messagerie sont actuellement bloqués au Bénin.

Cette censure, une première depuis l’arrivée de l’administration Talon au pouvoir, intervient dans un contexte de recul de la démocratie et des libertés : la campagne électorale a été émaillée de cas de répression envers l’opposition, et le scrutin de ce dimanche se tient sans qu’aucune liste de l’opposition n’ait pu être présentée.

« Les autorités béninoises doivent préserver l’état de droit et les vertus démocratiques : la liberté d’expression des citoyens béninois doit être protégée, encore plus en période électorale. Nous exhortons les autorités à rétablir l’accès aux réseaux sociaux dans les meilleurs délais » a déclaré Qémal Affagnon, coordonnateur Afrique de l’Ouest d’Internet Sans Frontières.

« Couper les réseaux sociaux le jour du vote ne fait qu’ajouter de la suspicion sur un processus électoral déjà vicié par l’absence de l’opposition. Le Bénin fait désormais piètre figure en matière de démocratie » poursuit Mylène Flicka, fondatrice du média Irawo, et consultante pour Internet Sans Frontières.

Le blocage actuel est le dernier épisode dans l’assaut mené depuis quelques mois par le gouvernement béninois contre les réseaux sociaux : en Septembre 2018, une taxe sur leur utilisation avait été adoptée, avant d’être suspendue suite à une mobilisation de la société civile béninoise et internationale, dont Internet Sans Frontières. Récemment, des nouveaux tarifs de connexion Internet, imposés par le gouvernement, ont également soulevé l’indignation, considérés par beaucoup comme une taxe déguisée sur l’utilisation d’Internet et des réseaux sociaux.

(Source : Internet sans frontières, 28 avril 2019)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)