twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cedeao / Avenir des télécommunications et des Tics : Yamoussoukro jette les bases d’un marché communautaire

samedi 15 octobre 2011

La 11e réunion des ministres de la Cedeao en charge des Nouvelles technologies de l’information et de la communication (Ntic) a pris fin le 14 octobre dernier à la fondation Félix Houphouët Boigny de Yamoussoukro. Les travaux, selon, M. Koné Bruno Nabagné, ministre ivoirien de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication( Ptic) ont été sanctionnés de grandes décisions et l’on a adopté la stratégie globale dans le secteur au niveau de l’espace communautaire pour les cinq prochaines années. Celles-ci tracent les contours du futur marché commun ouest africain des Ntic. Ce après des discussions très franches. « En ce qui concerne le document relatif à la suspension de la taxe de terminaison sur le trafic entrant entre les Etats membres de la Cedeao, la réunion a décidé, en tenant compte des positions et de la spécificité de chaque Etat, qu’une recommandation soit adressée à la commission de la Cedeao, en vue de la réalisation d’une étude sur l’impact de cette taxe à l’intérieur de la Communauté. Les conclusions de cette étude doivent être soumises à la prochaine réunion des ministres en charge des Télécommunications/Tic en vue de permettre une prise de décision motivée » a précisé le ministre Koné au cours d’une conférence de presse. Il est bon de préciser que la taxe de terminaison sur le trafic entrant qui est une charge supportée par l’entreprise de télécommunication et les clients qui reçoivent en bout de chaine l’appel et à verser à un Etat donné, est déjà en vigueur dans certains Etats de la Cedeao. Citons en autres, le Sénégal, le Bénin et le Ghana. Ne faudrait t-il pas craindre une réciprocité dans ces conditions et donc voir cette taxe entrer en vigueur en Côte d’Ivoire et partant des les Etats qui ne l’appliquent pas encore ? Le ministre Koné a dit clairement : « Nous n’avons reporté aucune décision qui puisse impacter la bourse de nos populations ». Par ailleurs, en ce qui concerne le projet de règlement portant conditions d’accès aux câbles sous-marins en Afrique de l’Ouest, après analyse profonde, il a été recommandé également une étude pour l’élaboration d’une règlementation harmonisée des droits de passage en s’inspirant des meilleures pratiques existantes, notamment au Rwanda. Cette activité doit être inscrite dans la stratégie de mise en œuvre des projets prioritaires Télécommunications/Tic dans l’espace communautaire pour les cinq prochaines années. Ce après que les pays sans façade maritime aient souligné que la résolution de la question de droit de passage entre les pays membres est nécessaire pour faciliter, entre autres, l’accès aux stations d’atterrissement des câbles sous-marins. A noter que pour l’année 2012 et conformément à la « Vision 2020 » de la Cedeao, l’objectif est de mettre en service deux nouveaux câbles de grande capacité en plus des trois qui sont déjà en activité avec une vingtaine de connexions au niveau des pays membres. Ce qui indubitablement, va faire baisser les coûts d’accès à ces infrastructures et partant offrir les meilleurs prix d’accès aux bandes passantes.

Bamba Mafoumgbé

(Source : Le Temps, 15 octobre 2011)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)