twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cdiscount ferme boutique et lâche ses employés

mardi 2 août 2016

Installée au Sénégal pour une durée minimale de 3 ans, la société Cdiscount a définitivement baissé ses rideaux en Afrique. Et cela, à peine 18 mois après avoir posé ses baluchons. Seulement l’attitude de la structure qui a fermé boutique, a mis son personnel dans une colère noire.

Reçu dans les locaux de Seneweb, il y a quelques jours, Jean Louis Docro, un des cadres de la structure portant la parole de ses collègues, est revenu sur le retrait en catimini de Cdiscount du Sénégal. « La société Cdiscount Casino partenaire du groupe Bolloré en Afrique a décidé de se retirer du continent. Nous avions eu l’information par Florent Mermier, directeur Afrique de Cdiscount via Skype. Nous sommes 4 détenteurs de Cdi et une dizaine de prestataires,. N’ayant pas été préparés à cette fermeture-là, automatiquement, on a voulu être dédommagé avec les conditions qu’il faut », a-t-il dit.

Une attitude que dénoncent Docro et ses collègues. « Ils ont fauté, parce qu’ils n’ont pas respecté les conditions du contrat. C’est par Skype qu’on a reçu l’information du directeur Afrique, le 15 juin pour l’arrêt des activités. Le site est fermé depuis cette date. C’est un manque de respect pour nous. Même pas un mail depuis la France où il est. Donc, nous tous, nous avons été surpris par rapport à cela et depuis un moment, il y a un petit tiraillement entre Cdiscount et les employés. Aujourd’hui, on est dans une logique où on a besoin de rentrer dans nos droits. C’est la raison pour laquelle on a mandaté un avocat. On est en pourparlers depuis un mois. Jusqu’à preuve du contraire on est encore sous contrat. Aujourd’hui, on est dans une situation où on a l’impression que cette société française qui nous a fait venir de l’étranger est en train de partir sur la pointe des pieds », peste M. Docro.

« C’est de l’escroquerie masquée »

« Ça c’est de l’escroquerie masquée. Et cela, les responsables de Cdiscount refusent de l’admettre. Ils ne donnent même pas le motif de la fermeture, c’est ce qui est grave. Ils doivent, soit déclarer une faillite, soit procéder à un licenciement économique. Mais ils ne veulent pas le faire. Donc, nous, on dénonce concrètement une mauvaise gestion », dit-il.

Pour lui, rien n’explique cette fermeture : « Moi, j’avoue être contre lorsque les gens disaient que les activités ne marchaient pas et que le groupe ferme parce qu’elle a perdu de l’argent. Je dis que c’est archi faux ! Le groupe a perdu, au plan international, près de 300 milliards, raison pour laquelle il a décidé de fermer ses locaux, dans certains pays. On ne se sentait pas touché dans cette affaire. Et du jour au lendemain, on vient nous dire que le groupe a décidé de fermer. Il n’y a pas un site de E-Commerce au Sénégal qui arrive à faire des chiffres d’affaires qui se chiffrent à 30 à 40 millions par mois, mais Cdiscount arrive à le faire. On dit que s’il doit partir il faut que cela se fasse dans les conditions qu’il faut. D’ailleurs on n’est pas les seules victimes dans cette affaire, même Pape. S. Mbow le propriétaire de la maison qui abrite les locaux de ladite société se sent dupé par discount », a confié M. Docro.

Une ardoise de plus de 20 millions laissée aux fournisseurs

En compagnie du sieur Docro, le propriétaire des locaux qu’occupait Cdiscount à Sacré-Cœur face au Collège Sacré-Cœur, Pape S. Mbow, a lui aussi mis à profit la rencontre pour dénoncer l’attitude des responsables de Cdiscount. « C’est carrément de l’escroquerie. Ils avaient récupérer ma maison dans un état nickel.

Aujourd’hui, ils veulent repartir sans payer ce qu’il faut pour refaire la maison. Alors que rien que la peinture se fait à plus de 5 millions sans main d’œuvre. Et l’entreprise qui avait réfectionné la maison leur a envoyé une facture ttc plus main d’œuvre à 5 millions et quelques. Cdiscount doit de l’argent aux employés, aux propriétaires, au service de gardiennage, au service de nettoiement, aux jardiniers. Ils doivent à la Senelec, aux fournisseurs. Ils doivent à tout le monde et ils veulent fuir comme des voleurs. Ils doivent une vingtaine de millions aux fournisseurs », indique M. Mbow.

Il est à noter que nos tentatives pour entrer en contact avec les responsables de Cdiscount Afrique ont été vaines.

Youssoupha Mine

(Source : Seneweb, 2 août 2016)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 16 649 296 abonnés Internet

  • 16 127 680 abonnés 2G+3G+4G (96,87%)
    • 2G : 16,79%
    • 3G : 29,09%
    • 4G : 54,12%
  • 229 722 abonnés ADSL/Fibre (1,39%)
  • 290 750 clés et box Internet (1,74%)
  • 1444 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,39%
  • Internet mobile : 98,61%

- Liaisons louées : 4 433

- Taux de pénétration des services Internet : 99,03%

(ARTP, 30 septembre 2022)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 279 856 abonnés
- 239 481 résidentiels (85,57%)
- 40 375 professionnels (14,43%)
- Taux de pénétration : 1,62%

(ARTP, 30 septembre 2022)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 20 607 679 abonnés
- Taux de pénétration : 119,79%

(ARTP, 30 septembre 2022)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik