twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Catch Up TV et Catch Up Radio : c’est le désert en Afrique

dimanche 12 septembre 2010

De nos jours, la démocratisation d’Internet a diversifié les modes de consommation des médias un peu partout dans le monde. La plus part des programmes audiovisuels sont souvent disponibles en ligne après leur première diffusion sur un site spécialisé, permettant ainsi à ceux qui n’ont pas pu suivre ce programme en direct, de le faire dés qu’ils auront un moment à eux. C’est ce que l’on appelle communément la télévision ou la radio de rattrapage.

En Afrique, rares sont les programmes télévisuels ou radiophoniques disponibles en « Catch Up ». Quelques sites Internet proposent de manière sporadique des extraits d’émissions phares mais rien de systématique. Ceci est principalement dû au fait que les médias audiovisuels africains font en général preuve d’une très faible appropriation des technologies de l’information et de la communication. Nous verrons mal une chaîne de télévision ou une radio, dépourvue d’un site Internet digne de ce nom, mettre en place une plateforme de « Catch Up ». Ces plateformes de « Catch Up » peuvent être mise en place par le département IT de la structure de presse (Radio ou télévision) ou alors faire l’objet d’un outsourcing car ,rappellons le, cette activité ne fait pas vraiment partie du cœur de métier de ces médias audiovisuels. Reconnaissons tout de même que ces médias audiovisuels ne croulent pas sous les offres émanant des fournisseurs de services locaux et il serait réellement dommage que ces contenus soient hébergés en dehors du continent africain.

Les médias audiovisuels africains ont tout à gagner à mettre en place des plateformes de « Catch Up » qui seront pour eux une source supplémentaire de revenue grâce aux retombées de la publicité sur ce support additionnel. Ce sera à eux d’élaborer un modèle économique qui leur permettra de tirer le maximum de l’audience supplémentaire générée par cette forme de rediffusion de leurs programmes traditionnellement disponibles qu’en direct. Et si ces données sont hébergés en Afrique, elles seront un moyen pour rééquilibrer les échanges de trafics entre notre continent et l’occident car l’importante diaspora africaine que constituent les immigrés aura tendance à utiliser la bande passante entrante (vers l’Afrique) afin d’avoir accès à ces programmes audiovisuels très prisés pour rester au diapason de l’actualité africaine.

Il serait intéressant que les acteurs du paysage audiovisuel africain s’y mettent, peut être avec l’aide des opérateurs de télécommunication qui disposent pour certains des services et de l’infrastructure nécessaires à la mise en place de plateformes de « Catch Up ». Il existe pas mal de projet de d’implentation de Datacenters sur le continent africain, il est clair que ces espaces de sauvegarde de données pourront très certainement satisfaire la gourmandise des plateformes de « Catch Up » en terme d’espaces de stockage.

(Source : ITMag, 12 septembre 2010)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)