twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Case des tout-petits : dix nouveaux sites d’initiation à l’informatique annoncés à Matam

jeudi 3 octobre 2013

La Directrice de l’Agence de la petite enfance et de la case des tout-petits, Thérèse Diouf Faye, a annoncé, jeudi, à Dakar, la création, en 2014, de dix nouveaux sites dans la région de Matam dans le cadre du Programme d’initiation des enfants âgés de 4 à 6 ans à l’informatique et à l’anglais.

Il s’agit de faire bénéficier les zones rurales de ce Programme connu en anglais sous l’appellation de Waterford early learning (WEL), a-t-il précisé, lors d’un séminaire consacré au sujet.

‘’Nous comptons décentraliser cette initiation en informatique vers les zones les plus reculées. Le Programme sera délocalisé hors de Dakar’’, a indiqué Mme Faye, qui présidait, jeudi, un séminaire de partage du rapport général du WEL.

Selon elle, l’introduction des technologies de l’information et de la communication (TIC) est une innovation de taille dans le processus d’apprentissage des jeunes enfants.

‘’Partout dans le monde, l’initiation des enfants en informatique et à la langue anglaise est devenue un besoin impératif, pour répondre à une demande de plus en plus croissante des parents et des éducateurs mais aussi de l’environnement scolaire et pédagogique’’, a expliqué Mme Faye.

‘’J’invite, à l’occasion, les partenaires techniques, financiers et sociaux, les collectivités locales, à soutenir l’Agence dans la formation et l’équipement en matériels informatiques afin de démocratiser l’accès des TIC dans les zones défavorisées’’, a-t-elle ajouté.

Cette rencontre, a-t-elle déclaré, permettra d’échanger les points de vue, sur l’apport des TIC dans l’éducation des jeunes. Elle a estimé que ‘’l’heure n’est plus à la démonstration de la pertinence de l’introduction des technologies dans l’éducation’’.

Selon elle, la formation des formateurs, des superviseurs et des éducateurs, à travers la coordination régionale et les points focaux, constitue une difficulté clé pour la réussite du Programme.

‘’En prenant en compte les différents facteurs dans une approche systématique, de meilleurs stratégies pourraient être mises en œuvre pour une pérennisation du Programme’’, a jugé Thérèse Diouf Faye.

Il en va de même pour sa continuité à l’élémentaire ainsi que le suivi des performances des enfants appelés à séjourner dans les structures de développement intégré de la petite enfance.

Conformément aux axes stratégiques définis par la Politique nationale de développement intégré de la petite enfance (PNDIPE), les programmes TIC, qui ont été déroulés, ont connu plusieurs étapes, qui vont de la familiarisation à l’outil informatique à l’exploitation de contenus digitaux, a-t-elle expliqué.

Après une phase pilote démarrée à la case des tout-petits de Ouest-Foire, entre 2010 et 2011, les résultats encourageants obtenus ont permis à l’Agence d’entreprendre une première phase d’extension aux cases des HLM et de Ouakam, en 2012.

Ils ont aussi rendu possible la deuxième phase, qui a concerné la case de la VDN, l’école maternelle de Ngor et l’école El Hadji Ibrahima Guèye de Fatick, en 2013.

Thérèse Diouf Faye précise que WEL fonctionne en ligne ou en réseau. Il est, selon elle, fondé sur deux curricula digitaux : ‘’early reading program’’ destiné à l’initiation à la lange anglaise et ‘’early and science program’’, qui vise le renforcement en mathématiques et en sciences.

Cependant, des difficultés ont été relevées dans l’exécution du programme durant l’année 2013.

Il s’agit notamment de l’insuffisance du matériel informatique, de l’absence d’accès à internet, du coût élevé de la licence Waterford pour les comités de gestion, de l’absence de continuité du Programme à l’élémentaire, de l’absence de plages horaires pour les TIC dans l’emploi du temps, mais aussi de l’absence de moyens pour le suivi.

(Source : APS, 3 octobre 2013)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)