twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cartes d’electeur et d’identité numérisées : A Ousmane Ngom réceptionne les premières cartes

jeudi 2 février 2006

"Nous sommes arrivés au terme d’un marathon certes dur, mais très fructueux". Le propos est du ministre de l’Intérieur, Me Ousmane Ngom qui présidait, hier, le lancement officiel de la première production des cartes nationales d’identité et de cartes d’électeur numérisées. Le lancement s’est fait sous la forme d’une visite guidée en présence du président de la Commission électorale nationale autonome (Cena), Amadou Moustapha Touré. La visite a commencé dans les locaux de la Direction de l’automatisation des fichiers (Daf), où sont logées les machines de production des cartes d’identité et des cartes d’électeur numérisées. Elles s’occupent de la finition qui est la procédure de découpage des cartes à partir de feuilles cartonées, après l’impression. Chaque feuille compte neuf cartes.

Le ministre Ousmane Ngom, après avoir réceptionné symboliquement les cartes d’électeur du président de la République et de son Premier ministre qui ont été les premiers inscrits sur les listes électorales, a assuré que ces derniers auront leurs cartes dans deux jours. Il a souligné que les premières cartes seront mises à la disposition des premières commissions de distribution avant la fin de cette semaine. "D’ici à vendredi" a-t-il déclaré.

Le directeur de la Daf, Habib Fall, a précisé que la distribution des cartes se fera dans l’ordre des commissions et des premiers inscrits, c’est-à-dire ceux-ci recevront en premier leurs cartes et les derniers vont attendre. "Aujourd’hui, un million huit cent mille électeurs se sont déjà inscrits", a dit au passage Habib Fall. L’objectif étant de trois millions d’isncrits. La capacité des machines de production est de 80 000 cartes par jour. Cette semaine, selon Habib Fall, il y aura 20 000 cartes jusqu’à atteindre 80 000 cartes par jour. "Cela permettra de vider très rapidement tout le stock d’inscription qui existe à ce jour", déclare Ousmane Ngom qui précise que l’électeur pourra recevoir sa carte 72 h après son inscription. Après l’acquisition des données au niveau des fiches, ces données sont stockées dans les machines.

La visite s’est poursuivie dans un immeuble situé en face de l’Institut Léopold Sédar Senghor (ex-Centre culturel français de Dakar). Là, le ministre de l’Intérieur et sa suite ont visité la section vérification du processus de fabrication de ces cartes. Il s’agit, après le travail des commissions fixes et mobiles, d’éviter toute irrégularité. C’est à ce niveau qu’on vérifie si le numéro d’inscription de l’électeur est bien écrit, s’il manque la date de naissance ou l’adresse de l’électeur, la taille pour les actes de naissance, la collectivité locale, l’adresse électorale, le cachet de la commission ou le visa de la Cena.

Les extraits d’actes de naissance, pour leur part, ne doivent pas être chargés, raturés. Les extraits qui n’auront par de cachets et la signature au nom de l’officier de l’état civil seront rejetés, ainsi que les extraits non datés, les extraits datant de plus d’un an, toutes les photocopies des extraits. Après vérification, le système biométrique qui permet l’unicité des inscriptions, détecte toutes les inscriptions multiples afin de les rejeter ensuite. "Toutes les empreintes digitales sont confrontées sur l’ensemble du territoire national", précise Ousmane Ngom.

Sur la fiabilité du système, toutes les fiches saisies passent par une station numérique où la photo, la signature et les empreintes de l’électeur sont centralisées au niveau d’un serveur central. Ce qui a fait dire à Habib Fall, que cette fois-ci, "il y aura un équilibre dans la répartition des électeurs dans les bureaux de vote, pour éviter les embouteillages le jour du vote".

A la fin de la visite, Me Ousmane Ngom dira que "le président Wade a gagné le pari qu’il avait promis aux Sénégalais de faire faire au pays un saut dans la modernité avec une carte nationale d’identité et des nouvelles cartes d’électeur numérisés d’une fiabilité totale pour l’organisation des élections avec zéro contestation".

Donald NDEBEKA

(Source : Wal Fadjri, 2 février 2006)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 825 111 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,90%)
    • 2G : 23,96%
    • 3G : 43,14%
    • 4G : 32,90%
  • 177 363 abonnés ADSL/Fibre (1,21%)
  • 134 098 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 258 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 22 706

- Taux de pénétration des services Internet : 88,74%

(ARTP, 31 décembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 228 774 abonnés
- 186.695 résidentiels (81,61%)
- 42 079 professionnels (18,39%)
- Taux de pénétration : 1,36%

(ARTP, 31 décembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 078 948 abonnés
- Taux de pénétration : 114,21%

(ARTP, 31 décembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)