twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Campagne Présidentielle 2019 et Marketing Politique : radiographie des stratégies 2.0 des candidats

mercredi 6 mars 2019

La campagne présidentielle a duré comme prévu 21 jours et nous a permis de voir et d’analyser les dispositifs mis en place par les différents partis et coalitions pour valoriser et promouvoir les candidats et leurs offres politiques à travers la Communication Marketing intégrée sur le classique et les réseaux sociaux.

Au final les citoyens sénégalais ont voté et la CNRV (conseil national de recensement des votes) a déclaré provisoirement vainqueur Macky Sall à la sortie du scrutin en attendant la décision du Conseil constitutionnel.

Déjà nous avons remarqué l’utilisation de tous les médias (classiques et online) par tous les états-majors et un déploiement aussi sur le hors médias avec l’affichage, le Print et la Relation publique. De l’information à la communication en passant par la contre-communication et les réseaux de faux comptes, tout y était.

Au regard des différentes stratégies du trio de tête, il semble que Idrissa Seck (MVP- Most Valuable Player) a fait la meilleure prestation de la campagne du point de vue rapport moyens utilisés /résultats obtenus ; Macky Sall (Champion désigné ) président sortant a eu plus de moyens et une grande visibilité et enfin Ousmane Sonko (MIP- Meilleure progression) avec moins de moyens que ses prédécesseurs, il a bénéficié d’une grande visibilité et d’un excellent taux d’engagement des populations qui l’ont suivis sur les réseaux sociaux.

IDY….MVP

Pour vendre le candidat et son staff ou équipe, son programme a été décliné en mesures phares pour accompagner la vision de Ndamal Kadior. En tant qu’homme politique aguerri qui participe à sa troisième présidentielle, Idy a su se baser sur une machine de guerre politique bien chevronnée et une communication structurée.

Toutes les prises de paroles étaient dimensionnées loin des bad buzz comme ce fut le cas pour le « BakkaGate ». En effet, sur les réseaux sociaux, sa campagne a été bien relayée en live avec beaucoup de visuels et surtout l’agrégation et la curation du contenu des émissions. De plus ses lieutenants l’ont bien défendu sur les chaînes de TV et les WebTV. Et les répondeurs automatiques RA et défenseurs ont assuré le service après vente sur les réseaux sociaux

A part les quelques affiches « photoshopées » qui nous font penser à Papa Wemba comme le dit le spin doctor Alcaly Ben Mohamed Diouf, Idy a véhiculé une belle image. Ndamal Kadior a su gérer ses alliances, attirer plusieurs leaders recalés autour de la coalition Idy 2019 et bien communiquer sur ce qu’ils appellent la « coalition du siècle ». Idy reste le MVP de cette campagne 2019.

Sonko MIP (Most Improved player ou Meilleure progression)

Sonko est passé de 1.7% en 2017 à 19.9% en 2019 (dans les zones urbaines connectées comme Dakar ) en multipliant son nombre d’électeurs par presque 20 en deux ans de présence sur la scène politique. Ce score il le doit aux réseaux sociaux en partie ou Il a mobilisé avec succès des masses de jeunes connectés et a dominé le social media avec une présence effective et dynamique dans les plateformes à très grande fréquentation (Facebook,Twitter ).

A l’instar des autres formations politiques, ses partisans aussi ont utilisé les réseaux mobiles, Whatsapp pour la communication, l’information et la propagande afin de valoriser et vendre l’homme, son programme et sa vision. D’ailleurs, sur Facebook, Sonko (surnommé le candidat des réseaux sociaux ) récolte des milliers de vues à chaque live et obtient un taux d’engagement (miles,commentaires et partages ) très élevé (la page de la rts1 qui diffusait tous les jours la vidéo de passage des candidats en est une parfaite illustration).

Avec moins de moyens que Macky et Idy, Sonko a su tirer profit de la magie du clic avec une armée de jeunes (générations Y et Z) érigés en #sonkoboyz qui sont les principaux ambassadeurs et défenseurs pour contrer les fake news sur leur candidat et revendiquer cette marque politique estampillée « Jeunes ».

Avec la publication de son livre « Vision » et la mise en ligne du site web dédié au programme des patriotes, les équipes de Sonko ont disposé d’assez de contenus à amplifier et partager sur les réseaux sociaux. De même, il y’a eu une présence remarque sur le terrain avec du « door To door » (pour concurrencer les adversaires qui sont aussi sur le terrain avec le marketing direct) dans les quartiers de Dakar et dans les régions. Et le tout fut appuyé par une campagne branding avec des affiches grand format qui ont quadrillé les villes du Sénégal.

Révélation de ce rendez-vous électoral 2019, Sonko en est sorti MIP (most improved player).

Macky champion

Macky Sall en président sortant a bénéficié de tous les moyens et logistique nécessaire pour dérouler la meilleure campagne de 2019.

Le président sortant a été déclaré vainqueur provisoirement par la commission de recensement des votes mais il n’a pas fourni la meilleure prestation de la campagne électorale parmi le trio de tête. En effet, ses équipes ont produit beaucoup de contenus:textes,visuels, audio et vidéos (la vidéo a été particulièrement le principal levier marketing politique pour positionner et vendre leur candidat ) avec une présence massive sur tous les réseaux sociaux à grande fréquentation mais ils n’ont pas obtenu le meilleur taux d’engagement.

D’ailleurs si on se base sur les vidéos officielles Facebook de la RTS 1 (passage des différents candidats ) Sonko les a dominé. De plus le candidat Macky Sall se place derrière Sonko et est presque à égalité avec Idy sur le nombre de personnes ayant visionné les lives des déplacements des candidats. Ses équipes ont essayé de se rattraper en s’appuyant sur des activistes pro-BBY avec la contre-communication et une stratégie d’astroturfing déroulée par des « 50 cent marketing » ou plus prosaïquement les RAA (répondeurs automatiques de l’Apr) contre les RAS (pour Sonko) et les RAI (pour Idy).

Sur la communication classique, nous avons noté beaucoup de print avec une armée de défenseurs composée de ministres et Dg représentant le candidat sortant et ils ont débattu à la télévision et à la radio. Les équipes de BBY ont également occupé le terrain grâce à l’appareil politique de l’Apr, de ses alliés du Ps et de l’AFP pour être visible et communiquer sur le projet de continuité du candidat Sall. Mis à part les débordements de certains partisans comme Cissé Lô, adeptes de « trash-talk » qui débouchent toujours sur un web-bashing des équipes de BBY, Macky a bénéficié d’une communication efficace pour vendre l’offre politique de reconduction.

Idy efficient, Macky efficace et un Sonko Génie surprenant:voila en résumé comment on peut qualifier notre trio en ces 21 jours de compétition sur le marché électoral en terme de communication globale. S’il est vrai qu’une élection présidentielle ne se gagne pas sur la raison mais plutôt sur l’émotion, il faut quand même concéder que tous les candidats ont pris la peine de proposer un programme convaincant et compétitif. Et cette campagne présidentielle a remis le web 1.0 au cœur de la stratégie des candidats avec des sites web dédiés à leurs programmes et le référencement payant (google ads ).

Cela a surtout révélé le poids des médias /réseaux sociaux et plateformes de web 2.0 (avec un taux d’utilisation d’Internet de plus de 56% notamment sur Facebook qui compte plus de 3,5 millions de sénégalais ). Si tous les candidats n’ont pas eu recours au Big data ou au Retargetting pour optimiser leur campagne et convertir l’électorat flottant en partisans, nous notons qu’ils ont tous utilisé systématiquement la publicité sur Facebook pour toucher massivement leurs cibles. C’est également le cas de l’achat de followers notamment sur Twitter qui restait une pratique courante pour gonfler les audiences.

La vidéo,elle, a été au cœur des dispositifs de tous les candidats pour informer et communiquer mais surtout fabriquer des Fake news avec énormément de faux comptes et faux profils créés justement en Février à la veille du scrutin.

Malgré le balbutiement des Fake news nous pouvons sans nulle doute dire que internet est un outil au service du droit de tous de disposer de l’information(la bonne info) et surtout de la démocratie et du contrôle citoyen

Aboubacar Sadikh Ndiaye
Consultant en Transformation Digitale
Web Spin Doctor
Formateur en Digital Marketing
Big Data Enthousiat
omega.intell@gmail.com

(Source : Publitechecho, 6 mars 2019)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)