twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cameroun : des télécentres communautaires pour réduire la fracture numérique

jeudi 13 décembre 2018

Le 27 novembre 2018, le ministre des postes et télécommunications du Cameroun, Mme Minette Libom Li Likeng, a paraphé avec Armin Schiffer, directeur du programme de l’Organisation allemande GIZ, les documents relatifs à la mise en œuvre du projet de télécentres communautaires polyvalents (TCP), qui permettra de réduire la fracture numérique tant en zone rurale qu’en zone urbaine.

Service universel

Afin de promouvoir un développement équilibré et intégré de ces zones et de faire également bénéficier à ces populations l’accès aux ressources d’informations découlant des innovations technologiques, le gouvernement a choisi de déployer les Télécentres communautaires polyvalents. Cet objectif cadre avec la nouvelle approche du service universel qui est favorable à l’accès partagé de ces infrastructures par la communauté.

Le Télécentre Communautaire Polyvalent (TCP) est une infrastructure commune dispensatrice des services de télécommunications, informatiques, audiovisuels et internet à partir d’un terminal ou des terminaux mis à la disposition d’une communauté afin de lui permettre de communiquer à un prix abordable.

Accès aux services de télécommunications/TIC

Le TCP se présente aujourd’hui dans tous les pays du monde qui en ont fait l’expérience, comme une solution à mettre en œuvre dans les zones rurales pour lutter efficacement contre la pauvreté, connecter les populations de ces zones au village planétaire et réduire ainsi la fracture numérique qui sépare les zones urbaines des zones rurales. Un Télécentre communautaire doit satisfaire principalement deux critères : il doit être accessible à toute la communauté, sans discrimination, et offrir l’accès aux services de télécommunications/TIC, informatiques, audiovisuels et internet à moindre coût.

A la différence de la téléphonie rurale classique, le Télécentre permet un accès partagé et offre une gamme variée de services tels que Internet, E-mail, téléchargement des logiciels, scanning, traitement de textes, impression des documents, hébergement des pages Web, téléphone/fax, photocopie, formation, maintenance, télévision et radio communautaires.

Cette infrastructure peut être un support à toutes les activités et projets de développement de la zone considérée. Le Télécentre peut également être utilisé pour offrir d’autres services communautaires à l’instar des services postaux, de la caisse d’épargne, des services de transfert de fonds, télémédecine et télé-enseignement.

Jean-Claude Noubissie

(Source : CIO Mag, 13 décembre 2018)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)