twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cameroun : après la taxe sur les téléphones, le téléchargement des applications en ligne de mire

vendredi 16 octobre 2020

Outre les téléphones, le téléchargement des applications est également visé par la réforme de la collecte numérique des taxes. Soit 200 FCFA pour chaque téléchargement. La résistance des opérateurs et des abonnés à la téléphonie mobile a empêché l’implémentation de la taxe, jeudi, comme prévu.

Jeudi 15 octobre 2020, une petite révolution était, en principe, attendue dans le domaine de la collecte des droits de douane sur les téléphones et les tablettes nouvellement entrés sur le territoire camerounais. Mais, à en croire des sources approchées par Investir au Cameroun, cette réforme, qui consiste en la migration de la collecte de ces taxes aux frontières vers une plateforme numérique dédiée, avec le concours des opérateurs de la téléphonie en activité dans le pays, ne devrait pas être implémentée dès ce jour, contrairement aux prévisions du gouvernement.

Et pour cause, l’annonce officielle, il y a quelques jours, de cette réforme contenue dans la loi de Finances 2019, a provoqué un tollé général au sein de la population. Celle-ci dénonce le fait que l’acquittement des droits de douane sur les terminaux mobiles sus-mentionnés, soit transféré de l’importateur vers le consommateur. Ce dernier, selon le dispositif mis en place, doit utiliser ses unités de communications téléphoniques pour le paiement desdites taxes.

Ce mécanisme ne plaît pas non plus aux opérateurs de mobile. En effet, bien qu’étant au cœur du projet, ces entreprises de télécommunications énumèrent un certain nombre de limites technique et règlementaire dans le nouveau dispositif (voir le lien en fin d’article), qui, de surcroît, est susceptible de plomber leurs chiffres d’affaires, soutiennent-ils dans un mémo à présenter au gouvernement dans les jours à venir.

Au demeurant, si la polémique continue d’enfler autour du nouveau dispositif de collecte numérique des droits de douane, l’attention se focalise uniquement sur le cas des téléphones et des tablettes. Pourtant, la décision conjointe signée à cet effet le 13 mars 2020, par les ministres des Finances et des Postes et Télécommunications, fixe bel et bien «  les modalités de collecte numérique des droits et taxes de douane sur les téléphones, les tablettes, les terminaux numériques et les logiciels y afférents  ». Par «  logiciels y afférents  », le gouvernement fait simplement allusion aux applications mobiles, comme le précise opportunément l’article 20 de la décision sus-mentionnée.

200 FCFA par téléchargement…

Cet article révèle notamment que, dans le cadre de la réforme controversée, «  les logiciels, communément appelés applications, téléchargés à partir des téléphones et tablettes, en vue de leur utilisation sur ces appareils, sont soumis aux droits et taxes de douane au taux forfaitaire de 200 FCFA par application et par téléchargement unitaire, conformément à l’article huitième de la loi de Finances 2019  ».

Traduction : grâce à la plateforme mise en place par la société Arintech, le mandataire tout aussi controversé du gouvernement dans le cadre de ce projet de collecte numérique des droits et taxes de douane, tout utilisateur de téléphone ou de tablette payera 200 FCFA, chaque fois qu’il téléchargera une application mobile sur son terminal. «  Ces droits et taxes sont directement prélevés par l’opérateur de téléphonie fournisseur d’accès, sur le crédit téléphonique de l’abonné, qui a procédé au téléchargement  », précise la décision gouvernementale du 13 mars 2020.

Cependant, souligne le même texte, «  les opérateurs de téléphonie doivent paramétrer leurs systèmes d’informations, afin que l’abonné qui initie le téléchargement d’un logiciel par son téléphone ou sa tablette soit automatiquement informé du coût de celui-ci, et lui offre l’option d’y renoncer s’il le souhaite  ».

Comme dans le cas des téléphones et des tablettes, les droits et taxes de douane collectés numériquement par les opérateurs de la téléphonie, sur les téléchargements des applications mobiles, doivent être reversés à l’administration douanière, au plus tard le 15 du mois suivant.

Brice R. Mbodiam

(Source : Agence Ecofin, 16 ocotbre 2020)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 323 60 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,85%)
    • 2G : 25,24%
    • 3G : 45,18%
    • 4G : 29,58%
  • 171 230 abonnés ADSL/Fibre (1,27%)
  • 133 954 clés et box Internet (0,94%)
  • 2 333 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,21%
  • Internet mobile : 98,73%

- Liaisons louées : 22 761

- Taux de pénétration des services Internet : 88,37%

(ARTP, 30 septembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 223 406 abonnés
- 182 809 résidentiels (81,83%)
- 40 597 professionnels (18,17%)
- Taux de pénétration : 1,37%

(ARTP, 30 septembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 18 630 276 abonnés
- Taux de pénétration : 114,94%

(ARTP, 30 septembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)