twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cameroun : Avec la GIZ, voici la nouvelle vision du gouvernement pour revigorer les Télécentres communautaires polyvalents

jeudi 28 octobre 2021

Dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de développement du service universel et des infrastructures dans le domaine des Télécommunications et TIC, le projet Télécentres Communautaires Polyvalents (TCP) a vu le jour au Cameroun en 2002, à travers une phase pilote sous financement PPTE.

Ce projet avait pour objectif, la mise en œuvre du service universel dans le secteur des Télécommunications et la réduction de la fracture numérique, en dotant les zones rurales des infrastructures d’accès aux TIC.

A cet effet, 231 TCP ont été construits et équipés. A partir de 2016, de nombreux dysfonctionnements sont constatés, entravant ainsi la bonne marche du projet. Il s’agit notamment de la gestion et de l’exploitation des TCP, des difficultés dans la fourniture de l’accès à Internet, ainsi que des problèmes liés aux délestages récurrents.

Par ailleurs, dans leur conception initiale, les TCP devraient offrir aux populations rurales les services de bases de communications électroniques(voix, et données), services déjà disponibles dans la gamme de services qu’offrent les opérateurs de téléphonie mobile, dont les réseaux couvrent la majeure partie des localités des TCP, re- mettant ainsi en cause la pertinence de cette infrastructure.

A la lumière de ces disfonctionnements, le Premier Ministre Chef du Gouvernement a instruit en 2017 le Ministre des Postes et Télécommunications, de procéder à un audit comptable, financier et stratégique du projet TCP, sur toute l’étendue du territoire national, avec pour principal objectif, de faire le point sur les investissements déjà consentis, et aussi de donner une réorientation stratégique à ce projet.

Une première évaluation de ce projet avait déjà été faite par le MINPOSTEL, lors d’un Séminaire-Atelier organisé du 17 au 19 avril 2013 à Yaoundé, dans le but de faire une rétrospective du chemin parcouru et en prospective, d’effectuer une réorientation du projet, face aux nombreuses difficultés rencontrées dans sa mise en œuvre.

A l’issue dudit séminaire, des recommandations avaient été formulées sur des aspects tels que : les infrastructures d’accès, les contenus, le modèle de gestion, la pérennisation et la rétrocession des TCP.

Afin de répondre aux exigences actuelles (nouvelles technologies, prise en compte des exigences culturelles et autres) et, de relever les nombreux défis qui s’imposent aujourd’hui, le MINPOSTEL et le Programme d’Appui au Développement Communal (PRADEC) de la GIZ, ont convenu de revitaliser les TCP, en proposant une approche novatrice.

Cette entente s’est matérialisée par la signature d’une convention de partenariat le 21 Novembre 2018, avec pour objectif de renforcer les capacités des Télécentres Communautaires Polyvalents (TCP), en vue de la fourniture des services numériques, axés sur les besoins des populations à travers la composante TIC. Dans le cadre de la mise en œuvre de cette convention, quatre sites ont été choisis, notamment dans les Régions du Sud-Ouest et du Nord pour la phase pilote du projet.

C’est dans le prolongement de cette convention, qu’un atelier a été organisé du 10 au 14 juin 2019 à Ebolowa sur « la revitalisation du projet Télécentres Communautaires Polyvalents ». L’objectif général de cet atelier était de mener une réflexion sur des solutions à déployer, en vue de la dynamisation des TCP.

Au cours de cet atelier, un projet de nouvelle vision des TCP a été formulé de concert avec différents acteurs compétents (MINPOSTEL, MINDDEVEL, ART, CAMTEL, GIZ, Société Civile), à savoir : « rendre accessibles de manière équitable à tous les citoyens dans leur localité, par le biais des Télécentres, tous les services des secteurs public, privé et social, en assurer l’efficacité, la transparence et la fiabilité à des coûts abordables pour répondre aux besoins fondamentaux des populations rurales afin de réduire la fracture numérique ».

Cette nouvelle vision vise à faire des TCP, de véritables ambassades numériques du Gouvernement auprès des Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD). Ainsi, les TCP pourraient être perçus comme des guichets de fourniture des services du Gouvernement, ainsi que des acteurs privés et sociaux, destinés aux citoyens des zones rurales.

C’est dans cette perspective que le Ministère des Postes et Télécommunications organise en ce moment, du 27 au 29 octobre 2021 au Palais des Congrès, un atelier afin de partager avec les parties prenantes, la nouvelle vision devant guider le déploiement des TCP, de susciter leur adhésion et de recueillir leurs contributions, pour la mise en place des Télécentres Communautaires Polyvalents modernes, contribuant efficacement à la réduction de la fracture numérique dans les zones rurales et à la mise en œuvre du service universel dans les Télécommunications.

Réduire la fracture numérique

Les Télécentres Communautaires Polyvalents (TCP), sont des « infrastructures visant à offrir des services de Télécommunications, d’informatique, d’audiovisuel et d’Internet, à partir d’un terminal ou des terminaux mis à la disposition d’une communauté, afin de lui permettre de communiquer à un prix abordable et sans discrimination aucune.

Ce sont également des infrastructures de viabilisation des projets de développement en zone rurale, qui peuvent offrir aux populations une gamme de services variés ci-après : téléphone et télécopie, Internet, bureautique, héberge- ment des pages web, formation et maintenance, applications de développement telles que e-santé, e-éducation, e-agriculture, e-culture, e-tourisme, e-poste, etc.

La nouvelle vision des Télécentres Communautaires Polyvalents (TCP)

Selon le Minpostel, « la nouvelle vision est de rendre accessibles de manière équitable à tous les citoyens dans leur localité, par le biais des Télécentres, tous les services des secteurs public, privé et social, en assurer l’efficacité, la transparence et la fiabilité à des coûts abordables, pour répondre aux besoins fondamentaux des populations rurales afin de réduire la fracture numérique ».

Cette vision confie l’administration des TCP aux Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD), avec l’accompagnement du Ministère de la Décentralisation et du Développement Local.

La mise en œuvre des Télécentres a pour objectif de fournir un accès partagé aux services digitaux et de développer les communautés rurales en leur faisant bénéficier des avantages qu’offre l’usage des TIC et du Numérique.

Cette vision consacre les TCP comme de véritables guichets uniques de fourniture des services gouvernementaux, privés et sociaux, à destination des citoyens vivant dans les zones rurales.

L’idée est de développer une plate-forme qui permette aux organisations gouvernementales, privées et sociales d’intégrer leurs objectifs sociaux et commerciaux dans l’intérêt des populations rurales des localités les plus reculées du pays, grâce à une combinaison de services informatiques et non informatiques.

Elle trouve son ancrage dans le Plan Stratégique de Développement de l’Economie Numérique, notamment dans les axes n°2 qui ambitionne d’accroître la production et l’offre des contenus numériques, n°3 consacré à la transformation numérique de l’administration et des entreprises, et n°6 destiné à développer une industrie locale du numérique et encourager la recherche et l’innovation.

Pour mettre en œuvre cette vision, le concours des acteurs ci-après est indispensable : les administrations publiques et privées, les CTD, les partenaires au développement, les opérateurs de communications électroniques, les institutions de formation, la société civile, les Organisations Non Gouvernementales, les agences d’accompagnement à l’instar des agrégateurs, des intégrateurs de solutions…, les populations locales.

(Source : Digital Business Africa , 28 octobre 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)