twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Ca presse sur le net

lundi 11 décembre 2000

Les journaux sénégalais ont adopté Internet depuis les premiers mois qui ont suivi son installation au Sénégal en 1996. La presse en ligne qui intéresse la quasi totalité des quotidiens se distingue de plus en plus par la location de ligne spécialisée conférant davantage d’autonome. Mais de part et d’autre, on est encore à la recherche d’une véritable rédaction virtuelle.

Le développement de la presse en ligne au Sénégal est un cinglant démenti servi à ceux qui ont pronostiqué la mort du support papier avec l’avènement d’Internet. La presse sénégalaise a voulu dès le début prendre le train de l’histoire. Au bout du compte, les expériences ont connu des fortunes diverses. Généralement, les groupes de presse, guidés par l’aspect marketing et l’effet de prestige, ont investi Internet en se préoccupant plus, à des degrés divers, à livrer une version électronique de leur support papier qu’à produire des "contenus" autour d’un projet éditorial. "Par delà l’aspect marketing et l’effet de prestige, un de nos objectifs a été de toucher plus de lecteurs dans les cinq continents du fait des nombreuses sollicitations, surtout de chercheurs sénégalais établis à l’étranger", affirme Jean Meïssa Diop, secrétaire général du groupe de presse privé Wal Fadjri (L’Aurore) et responsable de l’édition électronique. Wal Fadjri s’apprête à démarrer dans les prochains jours une nouvelle expérience d’édition électronique après avoir tiré les leçons d’une première présence sur le net qui n’a pas atteint ses objectifs. Ceci a conduit le Groupe à arrêter son édition en ligne depuis le mois d’avril dernier.

A l’origine de cet échec, après avoir remporté dès le démarrage un prix de meilleur site Internet des media africains, la technicienne de Wal Fadjri, Fatou Bousso, parle de "problèmes techniques qui ont tout gâché". En fait, le groupe Wal Fadjri avait confié la gestion du projet à une société intermédiaire, "Téléservices SA", elle-même dépendante de Télécomplus, une filiale à 100% de la Société nationale de télécommunications (Sonatel). "Après le bouclage de l’édition sur support papier, chaque soir, il fallait copier sur une disquette les éléments devant constituer la version électronique. La disquette est ensuite envoyée à Téléservice SA qui se charge de la mise à jour, tôt le lendemain", explique Fatou Bousso. Ainsi, il arrivait que Wal Fadjri ne soit pas dans le net pour diverses raisons liées aux dysfonctionnements de Téléservices SA, surtout quand il y a une moindre difficulté avec Télécomplus. "En cas de défaillance dans la mise à jour, ce sont nos lecteurs qui nous avertissaient. On ne pouvait même pas leur dire de quoi s’agit-il car il fallait auparavant appeler à Téléservice SA pour pouvoir leur donner une explication", indique Jean Meïssa Diop.

Ce schéma, les uns et les autres le jugent lourd et très coûteux. Wal Fadjri a fini par dénoncer le contrat qui le liait à Téléservices SA et s’adresser directement à Télécomplus pour initier une deuxième expérience.

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)