twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

CNRA : « Les médias font la promotion d’une forme d’esthétique de l’insoutenable »

samedi 20 mai 2017

Le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra) a publié hier son bulletin trimestriel. Et l’équipe du président Babacar Touré n’a pas fait de cadeau aux radios et télévisions, dont 15 d’entre elles ont fait l’objet de monitoring. Soulignant les tares des médias, le Cnra affirme qu’ils « servent de plus en plus de caisse de résonance aux drames quotidiens des populations en situation de détresse », laissant de côté des pans importants de leurs missions. Des manquements à l’éthique et la déontologie aux publicités mensongères, en passant par le non-respect de la vie privée, de la présomption d’innocence…, le Cnra a tapé sur les médias.

Le Cnra dénonce la prolifération des organes de presse qui exercent en violation des textes qui régissent leur existence et leur fonctionnement. « Sans projet éditorial véritable, ni projet d’entreprise viable, de nombreux opérateurs privés, aujourd’hui détenteurs de fréquences, sont devenus des acteurs importants de l’écosystème médiatique à l’échelle locale, régionale ou communautaire. La majorité d’entre eux, échappant à toute régulation, semble ignorer les principes et valeurs auxquels ils ont librement souscrit à travers les cahiers de charges et conventions qui régissent l’audiovisuel », soutient l’équipe de Babacar Touré dans son bulletin trimestriel, qui nous est parvenu hier. Poursuivant, le Cnra accable davantage la presse. « Les médias servent de plus en plus de caisse de résonance aux drames quotidiens des populations en situation de détresse. Ils font la promotion d’une forme « d’esthétique de l’insoutenable » particulièrement dans le traitement des faits divers. Certains contenus audiovisuels exposent des consciences innocentes et portent souvent atteinte à la cohésion nationale, à l’intégrité du territoire et au respect des institutions républicaines ».

Manquement à l’éthique et la déontologie, invitation à des pratiques et comportements délinquants, non-respect de la présomption d’innocence, non-respect de l’équilibre….les nombreux griefs du Cnra aux radios et télés.

Au cours du premier trimestre de l’année 2017, les dysfonctionnements et manquements constatés ont trait à « la place de l’éthique et de la déontologie, de la protection du jeune public, du pluralisme et de la diversité et, enfin, de la publicité », souligne le Collège du Cnra. Concernant l’éthique, les manquements sont liés au « non-respect de la vie privée, de l’honneur et de l’intégrité de la personne humaine (…), l’évocation de thèmes graves, difficiles et sensibles comme le viol et l’infanticide, sans précautions ni compassion ». En ce sens, le Cnra dénonce l’attitude de « certains animateurs qui n’ont cure de l’impact que peut avoir l’évocation de scènes ou de situations insoutenables et qui, sans hésiter, se livrent à des commentaires et/ou plaisanteries déplacés, destinés au public ». Le Conseil dénonce aussi l’« incitation à des pratiques ou comportements délinquants ou inciviques », le « non-respect de la présomption d’innocence », la « programmation à des heures indues de contenus à caractère violent et/ou inapproprié sans signalétique », de même que « l’évocation de la drogue, du suicide, de l’inceste, de la violence conjugale, de la violence envers les enfants, les infanticides, les meurtres, les actes sexuels ». Toutes choses qui peuvent nuire aux enfants et adolescents. Les acteurs de l’audiovisuel ont été aussi épinglés pour « non-respect de l’équilibre dans le traitement de l’information » et dans le domaine de la publicité, pour « non-conformité aux exigences de vérité, de décence, de respect de la personne humaine et de sauvegarde de la santé des populations ».

Les recommandations du Cnra

En guise de recommandations, le Cnra demande aux médias d’observer strictement les règles d’éthique et de déontologie dans le traitement de l’information, de veiller au respect d’une présentation honnête, impartiale et objective des questions et sujets traités et assurer l’expression des différents points de vue, d’arrêter la diffusion de scènes de violence aux heures de grande écoute, de veiller au respect des cahiers des charges… surtout à la conformité des messages publicitaires, aux exigences de vérité, de décence, de protection des consommateurs et des couches vulnérables, de même qu’au souci de la santé des populations en ce qui concerne la publicité des produits destinés à la dépigmentation (éclaircissants).

Le bulletin trimestriels du Cnra publié hier couvre la période du 1er janvier au 31 mars 2017 et le monitoring a porté sur 3587 contenus audiovisuels diffusés par 5 radios (Radio Sénégal, Rewmi Fm, Rfm, Sud Fm, Zik Fm) et 10 Télévisions (2STV, Dtv, Lamp Fall Tv, Lcs, Mourchid Tv, Rdv, Rts, Sen Tv, Tfm, Walf), selon les critères ci-après : langue utilisée, format des programmes, thématique abordée, signalétique.

Synthèse de Mbaye Thiandoum

(Source : Jotay, 20 mai 2017)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)