twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

CNRA : Babacar Touré succède à Nancy Ndiaye Ngom

samedi 8 septembre 2012

Pionnier et patron de presse, le journaliste Babacar Touré, président-directeur général et fondateur du groupe de presse "Sud Communication", est le nouveau président du Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA). Un homme du sérail doublé d’une personnalité consensuelle.

Babacar Touré est le nouveau président du Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA). Il remplace au poste Nancy Ndiaye Ngom, en fonction depuis de 2005, année de la réforme du Haut conseil de l’audiovisuel (HCA). Babacar Touré fait partie du ’’groupe des cinq’’ qui a lancé le magazine Sud pour accompagner le combat de l’unité africaine. Leader du groupe, chacun des fondateurs de Sud Magazine, en 1985, reconnaîtra plus tard avoir été d’abord contacté par Babacar Touré qui a travaillé auparavant aux côtés de Jacques Bugnicourt, fondateur de l’Ong Enda-Tiers Monde. C’est après une expérience au quotidien Le Soleil, à sa sortie du Centre d’études des sciences et techniques de l’information (Cesti), qu’il devient conseiller à Enda, avant de co-fonder le groupe de presse "Sud Communication". Il fait partie des rédacteurs de la première Convention de la presse au Sénégal.

Doté d’un bon carnet d’adresses, Babacar Touré est aussi membre fondateur de l’Unpics (Union nationale des professionnelles de l’information et de la communication du Sénégal) devenue plus tard le Syndicat le plus représentatif de la corporation sous le sigle de Synpics, à l’origine de la création de l’Union des journalistes d’ Afrique de l’Ouest (Ujao).

Le nouveau Président du CNRA a un parcours universitaire qui en impose. De l’Université de Dakar (Cesti) aux Institutions américaines d’enseignement supérieur, l’homme s’est forgé une carapace de professionnel et d’intellectuel de haut niveau. Bilingue (anglais et français), il flirte avec la Sociologue, les Sciences politiques, entre Dakar, Paris, Montréal et surtout les Etats-Unis où il peaufine ses connaissances et amasse des diplômes dans les secteurs de savoirs qui le passionnent et qui tournent autour des Sciences sociales. Marié et père de famille, il est aussi très connecté dans le milieu des communicateurs traditionnels. Il est également bien vu au sein de la classe politique et de la société civile. ’’BT’’, comme on le surnomme, a été très proche des Président Abdou Diouf et Abdoulaye Wade, dont il était le conseiller non officiel. Mais Babacar Touré s’était refusé de censurer le livre de Latif Coulibaly, ’’Wade, un opposant au pouvoir’’ ; ce qui allait bousculer le paysage politico-médiatique du Sénégal. Les rapports entre les deux hommes se sont alors distendus.

La récompense de riche parcours Ainsi, la nomination de Babacar Touré à la tête du CNRA récompense le parcours d’un homme qui a joué un rôle de premier plan dans le développement de la presse au Sénégal et en Afrique, mais aussi dans la vie politique et économique sénégalaise. Le président-directeur général du groupe de presse "Sud Communication", éditeur du journal "Sud Quotidien" et diffuseur de la première radio privée "Sud FM", est connu pour être un homme de consensus très écouté dans la profession.

Le journaliste hérite cependant d’un poste stratégique et à controverse. Son prédécesseur, Nancy Ngom Ndiaye s’est heurtée aux hommes de médias qui ont critiqué le fait qu’un magistrat soit désigné pour réguler leur métier lors même que leur corporation regorge de ressources humaines compétentes pour cette tâche. Avec l’arrivée de Babacar Touré à la tête de la Cnra, cette ’’injustice’’ est corrigée. L’homme qui a été porté à la tête de du CNRA cumule à la fois professionnalisme, expérience et autorité au sein de la corporation de journalistes. Ce, pour avoir participé à la fois à la formation de plusieurs journalistes, actifs dans les médias sénégalais, mais aussi, pour son parcours respectable dans cette corporation.

Saura-t-il apaiser les tensions qui n’ont jamais manqué entre le CNRA et les différents organes de presse ? Et surtout, parviendra-t-il à concilier les intérêts divergents des différents groupes de presse d’un secteur audiovisuel sénégalais en pleine effervescence ?

Gaston Coly

(Source : Enquête, 9 septembre 2012)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)