twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Burundi : suite à la fermeture de Smart par les autorités, la société dénonce une volonté « de lui nuire »

vendredi 2 septembre 2022

Au premier trimestre 2022, le marché télécoms burundais comptait 7 798 885 abonnés selon le régulateur. Quatre sociétés, Econet Leo, Lumitel, Smart et Onatel, y opéraient. Une évolution récente sur le marché pourrait relancer la concurrence de plus belle.

L’opérateur de téléphonie mobile Smart Burundi dénonce une volonté des autorités de lui nuire suite à sa fermeture par l’Agence de régulation et de contrôle des télécommunications (ARCT). Dans un entretien accordé au média local Iwacu, Jean-Marie Lacroix, le directeur commercial de Smart, soutient que la décision de fermeture du réseau Smart est politique car elle bénéficie au concurrent Lumitel. La filiale de Viettel, groupe télécoms appartenant à l’armée vietnamienne, est soupçonnée depuis longtemps d’abriter quelques membres du régime au sein de son actionnariat.

« Personne ne s’est soucié des consommateurs, du développement de l’activité commerciale de l’entreprise. Nous avons des clients connectés, des entreprises connectées et des assurances connectées », déplore Jean-Marie Lacroix.

C’est le 18 août que l’ARTC a demandé à Smart de cesser toute activité sur le territoire national. Elle reprochait à la société l’expiration de sa licence télécoms le 27 juillet dernier et des arriérés d’impôts.

Si Smart affirme avoir payé 6 654 864 491 francs burundais (3,2 millions $) à la fin du mois de mai 2022, le régulateur télécoms juge que ce n’est pas la totalité des arriérés auxquels se sont ajoutés des pénalités. Un montant de près de 9 milliards de francs burundais qui surprend Smart. Mais Samuel Muhizi, le directeur général de l’ARCT soutient que « même une pénalité est un due ».

Pour ce qui est de la licence télécoms dont Smart a introduit le dossier de renouvellement depuis mars dernier, le régulateur télécoms indique que la société n’a pas pu fournir l’attestation de non-redevabilité réclamée par l’Office burundais des recettes qui doit confirmer que la société télécoms ne doit rien à l’administration fiscale.

Samuel Muhizi, a laissé entendre à Iwacu que même si Smart réussi à régler toutes ses dettes fiscales, il n’est pas sûr que l’entreprise puisse opérer. « Renouveler sa licence d’exploitation après la fermeture du réseau est un vrai parcours du combattant. La présidence s’en mêle puisque cela exige notamment un décret présidentiel », a-t-il indiqué.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 2 septembre 2022)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 16 350 690 abonnés Internet

  • 16 349 008 abonnés 2G+3G+4G (97,25%)
    • 2G : 18,12%
    • 3G : 32,22%
    • 4G : 49,66%
  • 213 908 abonnés ADSL/Fibre (1,32%)
  • 234 052 clés et box Internet (1,43% )
  • 1682 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,670%

- Liaisons louées : 4 491

- Taux de pénétration des services Internet : 94,98%

(ARTP, 31 mars 2022)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 266 260 abonnés
- 225 387 résidentiels (84,65%)
- 40872 professionnels (15,35%)
- Taux de pénétration : 1,54%

(ARTP, 31 mars 2022)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 20 067 256 abonnés
- Taux de pénétration : 116,57%

(ARTP, 31 mars 2022)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik