twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Burundi : la digitalisation au cœur d’un panel du forum national sur le développement

samedi 20 novembre 2021

Les questions relatives à « la digitalisation pour stimuler le développement » figurent parmi les sept panels qui étaient au centre de la première édition du forum national sur le développement inclusif et durable du 18 au 19 novembre à Bujumbura au Burundi.

Durant deux jours, les participants constitués des intellectuels résidants au Burundi, à l’étranger et les partenaires techniques et financiers du gouvernement, ont réfléchi sur les efforts de la reconstruction et de développement durable de ce pays d’Afrique de l’Est. Ceux qui ont discuté sur la digitalisation pour stimuler le développement ont axé leur réflexion sur les opportunités qu’offrent les technologies de l’Information et de la communication pour le développement. Parmi ces opportunités : la contribution à la croissance, à l’essor du secteur privé, à l’inclusion financière, au partage d’informations et l’amélioration des services dans l’administration publique, entre autres.

Les recommandations

A l’issue de leurs échanges, les panelistes ont formulé des recommandations axées sur la diffusion des services financiers mobiles en vue de favoriser la fluidité des transactions, l’entreprenariat et le secteur formel, le déploiement de l’internet à haut débit pour améliorer la productivité, la compétitivité et le potentiel de croissance des entreprises et l’utilisation des TIC pour appuyer les systèmes éducatif et sanitaire et pour stimuler la croissance agricole et industrielle.

L’engagement du gouvernement

Dans son message, le Chef de l’Etat Evariste Ndayishimiye a affirmé que « les recommandations formulées feront l’objet d’une attention particulière et les ministres sont appelés d’ores-et-déjà, à se les approprier. Les services techniques mettront en place des plateformes thématiques pour recueillir toutes les contributions ». Par ailleurs, dans le cadre de la mise en œuvre de ces recommandations, M. Ndahishimiye a annoncé « l’organisation d’une mini-table ronde avec les partenaires techniques et financiers », pour débattre des questions relatives à la bonne gestion de l’aide publique au développement au Burundi.

Souleyman Tobias

(Source : CIO Mag, 22 novembre 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)