twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Burundi : l’ARCT renforce les mesures restrictives contre les téléphones contrefaits

vendredi 4 octobre 2019

Au terme d’un atelier de sensibilisation sur l’importation, la vente et l’usage des équipements et terminaux de communications électroniques, le 3 octobre 2019 à Bujumbura, l’Agence de régulation et de contrôle des télécommunications (ARCT) a pris quelques mesures restrictives pour renforcer la lutte contre l’entrée de ces appareils dans le pays.

Il a été convenu, entre autres, de mettre un bureau permanent aux postes-frontières, renforcer la collaboration avec la police, l’Office burundais des recettes, et dresser la liste de tous les matériels de communication interdits au Burundi.

Les téléphones contrefaits sont des copies d’appareils de grandes sociétés de téléphonie. S’ils semblent identiques aux appareils originaux par le nom, une grande différence demeure toutefois sur les standards.

Selon la réglementation en vigueur, tout importateur de téléphones mobiles doit obtenir un certificat d’homologation de l’ARCT pour les introduire dans le pays. Ce certificat garantit que le régulateur télécoms s’est assuré de la qualité des appareils vendus aux populations. Mais, plus préoccupés par leur chiffre d’affaires, plusieurs commerçants choisissent souvent de contourner la loi sans se préoccuper de l’impact négatif sur le marché.

D’après Donatien Manirampa (photo), le directeur général de l’ARCT, de nombreux téléphones portables illégaux sont encore vendus sur le marché malgré les précédents efforts fournis pour les interdire. Conséquences, la qualité des services télécoms est mauvaise et nuit à l’expérience des consommateurs.

Cette mauvaise expérience réduit la consommation qui nuit à son tour aux revenus des sociétés télécoms. Avec de faibles performances financières, la valeur des redevances versées à l’Etat chute également.

(Source : Agence Ecofin, 4 octobre 2019)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)