twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Burkina Faso : l’Internet haut-débit coûte-il 536 000 francs par mois ?

vendredi 15 décembre 2017

Le site britannique Cable a publié, le 21 novembre 2017, une étude portant sur les prix de l’Internet haut-débit dans 196 pays. Celle-ci signale que l’Iran a l’Internet haut-débit le moins cher au monde avec un prix mensuel moyen de 5,37 dollars américains (environ 3 000 francs).

Elle révèle également que l’Afrique subsaharienne propose l’Internet haut-débit le plus cher, et plus particulièrement au Burkina Faso où le prix moyen est de 966,89 dollars américains (environ 536 000 francs). Le prix mensuel de l’Internet haut-débit est-il si élevé au Burkina Faso ? Africa Check a cherché les preuves de cette affirmation.

Quelles sont les sources de l’étude ?

Nous avons contacté les responsables du site Cable, en l’occurrence l’assistant aux relations publiques Eran Sandhu et le directeur de la communication Dan Howdle. Ils nous ont envoyé le fichier contenant les données utilisées pour l’étude et des explications sur comment lire ladite étude.

Dan Howdle a également expliqué que l’étude ne porte que sur l’ADSL et la fibre, indiquant que le sans-fil, la 3G et la 4G n’étaient pas concernés. Il a précisé que concernant le Burkina Faso, seules les données de l’Office national des télécommunications (ONATEL) ont été utilisées.

Que dit l’ONATEL ?

Nous avons contacté la chargée de la communication de l’ONATEL, Rakieta Bonkoungou, qui nous a renvoyé à une étude réalisée par l’Agence malienne de régulation des télécommunications et des postes (AMRTP).

Au regard de cette étude, le Burkina Faso dispose des prix les plus bas dans les télécommunications.

Seulement, l’étude en question procède à une « comparaison des tarifs moyens grand public du service fixe, mobile, sms, tarifs des forfaits Internet mobile prépayé et des tarifs de terminaisons », alors que celle de Cable.co.uk portait uniquement sur l’Internet haut-débit par ADSL.

Sur son site Internet, l’ONATEL mentionne 8 différentes offres allant de 12 500 francs par mois pour 256 kbits/s, pour la moins chère, à 2 596 590 de francs par mois pour 50 Mbit/s, pour la plus chère.

Cable a en effet calculé la moyenne arithmétique des tarifs, en faisant le total des prix des 8 différentes offres. Le total a été divisé par le nombre d’offres. Ce qui a donné 966,89 dollars (536 000 francs).

« La méthodologie pose problème »

L’ingénieur informaticien burkinabé Teg-Wende Idriss Tinto a confié à Africa Check que « la méthodologie utilisée pose problème puisqu’elle ne renseigne pas tout à fait sur la réalité des prix de l’Internet haut-débit au Burkina Faso ».

Il a déclaré notamment que les différentes offres ne s’adressant pas à une même cible, faire la somme de leurs prix respectifs peut biaiser l’analyse.

« Le résultat obtenu avec la moyenne arithmétique fausse un peu l’appréciation du niveau des prix du haut-débit dans le pays », a-t-il souligné.

« On peut penser qu’il faut dépenser en moyenne plus de 900 dollars par mois pour une connexion Internet haut-débit, alors que ce n’est pas ça », a-t-il conclu.

Pour sa part, Alex Corentin, spécialiste en réseaux informatiques et directeur de NIC Sénégal, l’organe de gestion des extensions du domaine sénégalais « .sn », a indiqué que bien que l’étude en elle-même soit sérieuse, « la comparaison qu’elle fait entre les pays n’a pas été faite sur la base du même référentiel ».

« Comparer le prix du mégabit par mois aurait été plus explicite », a-t-il dit à Africa Check.

Conclusion : le chiffre prête à confusion

Selon l’étude de Cable portant sur les prix de l’Internet haut-débit dans 196 pays et publiée le 21 novembre dernier, le prix moyen au Burkina Faso est de 966,89 dollars américains par mois (536 000 francs/mois).

Même si le chiffre est correct, l’ingénieur informaticien Teg-Wende Idriss Tinto affirme que cette méthodologie « fausse l’appréciation du niveau des prix du haut-débit ».Celle-ci peut laisser penser que l’on paye en moyenne plus de 900 dollars par mois pour avoir accès au haut-débit au Burkina Faso. Ce qui n’est pas le cas.

Son avis est partagé par Alex Corenthin qui précise que la comparaison entre pays « n’a pas été faite sur la base du même référentiel ». En conséquence, la conclusion de l’étude est susceptible d’induire en erreur.

Edité par Assane Diagne

(Source : Africa Check, 15 décembre 2017)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 263 263 263 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)